L'Amour est dans le pré : Karine Le Marchand présente la nouvelle saison

TÉLÉ

DATING – C'est reparti pour "L'Amour est dans le pré". Ce lundi 26 mai à 20h50, M6 diffusera "Que sont-ils devenus ?", qui donne des nouvelles des agriculteurs de l'an passé. Pour l'occasion, metronews a rencontré Karine Le Marchand, qui livre les secrets de la neuvième édition du programme, officiellement lancé le 9 juin prochain, et la recette du succès de l'émission de rencontre la plus populaire du PAF.

Une saison entre sincérité et humour
''Comme chaque année, il y a LE coup de foudre. C'est ce qui fait partie de la magie de cette émission, qui nous rappelle parfois nos élans du cœur. Au total, nous avons reçu environ 10 000 lettres. Cette année, tous les agriculteurs en ont reçu. Dès l'ouverture du courrier des prétendants(e)s, il y a eu des évidences. Parfois, ils se ressemblaient même physiquement ! Le plus touchant est que ces candidats donnent tout. On a retrouvé la même sincérité que la saison dernière. Les filles ne sont pas venues simplement pour passer à la télévision. On rit également beaucoup. Le plus drôle est le phrasé parfois très imagé des candidats. Par exemple, ''J'ai le cœur qui bat à 380'', je ne sais pas d'où ça sort ! Le talent des équipes est vraiment d'arriver à capter des moments uniques. Il y a aussi beaucoup de communication non verbale''.

Philippe, le revenant
''Philippe, le Charentais de la saison 8, a écrit à trois agricultrices ! On a dû lui demander d'en choisir une seule. Il participe d'ailleurs à l'émission Que sont-ils devenus ? Au début, il essaie de me cacher qu'il avait réécrit à la production, comme si je pouvais passer à côté (rires). Dans le premier épisode de la nouvelle saison, on découvre à qui il a écrit. Il participera même au speed-dating, mais je ne peux pas en dire plus. C'est la première fois qu'un ancien candidat se représente dans le programme''.

Une émission sans filtre ?
''Certaines personnes font rire malgré elles. On gomme cependant les choses qui peuvent porter préjudice aux agriculteurs. Aujourd'hui faire de la télévision, c'est essayer d'anticiper les buzz et les scandales. Tout est sujet à la polémique. Ça peut faire du mal à des gens qui ne sont pas formatés pour vivre ça. Il nous est arrivé de faire décrocher des affiches du Front National. Est-ce que quelqu'un du FN mérite moins de connaître l'amour que quelqu'un de l'UMP ou du PS ? Je ne pense pas. On élimine aussi les réflexions homophobes. Les gens, vivant dans les campagnes et ne voyageant pas beaucoup, ont parfois des idées très arrêtées sur la différence. L'Amour est dans le pré n'est pas une émission de téléréalité. Si on mettait bout à bout tout ce qui pourrait faire le buzz, alors elle en deviendrait une''.

La recette d'un succès
''C'est une émission agréable à regarder. Il y a aussi un vrai phénomène générationnel parce que les jeunes se l'approprient via Twitter en commentant les épisodes. C'est également un programme d'été familial. On ne se sent pas indigne en le regardant. Les citadins ont envie de rire et de voir les histoires d'amour. Les agriculteurs, eux, regardent quasiment tous cette émission pour voir comment les autres élèvent leurs vaches. Et puis, à un moment donné, ça nous a tous déjà traversés l'esprit d'écrire à un candidat... même moi pendant 10 secondes. Par exemple, Nicolas (ndlr céréalier Lorrain de 36 ans) est top !''

Quid de la saison 10 ?
''On n'a pas encore parlé de la saison 10. J'ai un contrat jusqu'au 31 août, c'est un CDD d'un an renouvelable. Je travaille comme cela depuis 20 ans. La meilleure façon de vivre le fait d'être jetable, c'est de savoir que l'on peut partir. C'est psychologique. J'ai toujours été contre le mariage. C'est le début de la mort pour moi. Si on m'avait dit qu'il y avait un mariage renouvelable chaque année, je me serais mariée depuis longtemps. Surtout dans mon métier, on est sensé être créatif et se remettre en question''.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter