Laurence Boccolini répond aux critiques de "Touche pas à mon poste"

Laurence Boccolini répond aux critiques de "Touche pas à mon poste"

CLASH - Rien ne va plus entre l'équipe de "Touche pas à mon poste" et Laurence Boccolini. Ne supportant pas les critiques sur "Money Drop", l'animatrice a riposté sur son compte Twitter.

Laurence Boccolini riposte. Mercredi soir, les chroniqueurs de Touche pas à mon poste ont évoqué Money Drop. Alors que ces derniers ont estimé que les audiences étaient en baisse, Nabilla, elle, avait notamment taclé l'animatrice de TF1. "Ça se voit qu'elle en a marre du programme, elle vient en pyjama!", avait-elle lancé à Cyril Hanouna.

"Tout est bon pour dézinguer"

Laurence Boccolini a donc décidé de répondre à la joyeuse bande de D8 via son compte Twitter . Après avoir adressé une réponse à Nabilla, "Au moins je suis habillée....", l'animatrice de Money Drop a réfuté les chutes d'audiences de son émission. Franchement je me fiche de l'avis des figurants de @TPMPofficiel ! #moneydrop est en face d'eux et tout est bon pour dézinguer. Pas grave", a-t-elle déclaré, avant de préciser : "Mais même en MÉNAGÈRES on est leader ! Donc que voulez-vous qu'on fasse? Nous sommes très contents !!!!"

A un internaute lui demandant de ne jamais rendre visite à l'équipe de Touche pas à mon poste, la présentatrice a finalement répondu qu'elle n'allait "jamais aux dîners de cons". Cyril Hanouna et son équipe devraient sans aucun doute répondre à leur tour à Laurence Boccolini dans l'émission de ce jeudi soir sur D8. Une chose est certaine, Laurence Boccolini se serait bien passée de ce clash comme elle l'a expliqué sur son compte Twitter. "Je ne m'exprime que très rarement mais si j'ai le malheur de défendre mon point de vue, on me traite d'aigrie allergique à la critique", a-t-elle déploré.

La question du jour : "Money Drop" le leadership de TF1 menacé ? - TPMP - 29/10/2014

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter