Laurence Ferrari : "Recevoir à nouveau Arnaud Montebourg ? Oui mais on va se laisser un peu de temps"

DirectLCI
INTERVIEW – Laurence Ferrari était l'invitée de "La Médiasphère", ce matin sur LCI. A la tête de "Punchline", la nouvelle émission politique de C8 diffusée tous les dimanches en direct à 12 h 05, la journaliste est revenue sur le lapin que lui a posé Arnaud Montebourg pour la première du programme.

Elle rêvait d'une émission politique. C8 a exaucé le vœu de Laurence Ferrari avec "Punchline", nouveau rendez-vous de l'ex-présentatrice du "Grand 8". Forcée de repousser la première de l'émission après  qu'Arnaud Montebourg lui a posé un lapin pour se rendre sur France 2, Laurence Ferrari a enfin pu se lancer le 25 septembre avec Jean-Luc Mélenchon.

A-t-elle eu des nouvelles d'Arnaud Montebourg depuis ? "Ah non pas depuis le lapin qu'il nous a posé pour la première de 'Punchline'.  Mais bon, on est passés à autre chose et depuis l'émission s'est installée et on est très heureux", a expliqué Laurence Ferrari qui se dit prête à recevoir à nouveau le candidat, mais pas tout de suite. "On va se laisser un peu de temps, parce que moi je fais mon métier correctement et avec une vraie déontologie,  et je le recevrais un jour dans le cadre de la primaire de la gauche, puisqu'il a décidé d'y participer. Mais on va se laisser un peu de temps."

En année présidentielle, la politique c'est le plus grand show télé de l'annéeLaurence Ferrari

"En année présidentielle, la politique c'est le plus grand show télé de l'année", a estimé Laurence Ferrari. "On va aller crescendo avec les audiences. On a une émission avec une rupture de ton et un décalage par rapport à ce qui existe, on a pris le parti de s'adresser à un public plus jeune avec un décryptage qui passe plus par le reportage que par l'interview."

Interrogée sur la profusion d'émissions politiques en cette année présidentielle, Laurence Ferrari estime qu'il y a de la place pour tout le monde. " Il n’y a pas assez d’émissions politiques. Les Français ont besoin de différentes façons de se forger leur opinion politique. Ils sont très indécis, on le voit, il y a en a qui veulent même s'abstenir de voter. (…) Tout le monde se fait son identité, et il y a aussi les chaines info qui font leur job (…), c’est une belle mosaïque".

Très heureuse sur C8, Laurence Ferrari a insisté sur la liberté totale dont elle bénéficie sur la chaîne et assure n'avoir subi aucune pression de la part de Vincent Bolloré. "J'ai carte blanche. Je connais Monsieur Bolloré mais jamais il n'est intervenu dans la moindre décision qui impacte iTELE ou C8."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Médiasphère

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter