"L'Emission pour tous" : une première sur un faux rythme

"L'Emission pour tous" : une première sur un faux rythme

DirectLCI
NOUVEAUTÉ - Ce lundi soir, Laurent Ruquier faisait le grand saut dans l'access prime time de France 2 avec "L'Emission pour tous". La relève de Sophia Aram est-elle assurée avec brio ?

Tout le monde l'attendait. Ce lundi soir, de 18h30 à 19h50, France 2 diffusait le premier numéro de L'émission pour tous, présentée par Laurent Ruquier . Après une courte présentation de ses pensionnaires, dont font notamment partie Titoff, Christine Bravo et Pierre Bénichou, l'animateur entre très rapidement dans le vif du sujet.

Le concept est simple : plusieurs questions autour de l'actualité sont posées afin que s'installe un débat entre la bande de chroniqueurs et le public présent sur le plateau. Ce dernier, muni d'une tablette tactile, doit simplement répondre à l'interrogation par oui ou non. Les résultats sont ensuite affichés à l'écran. Trois intervenants, spécialistes des thèmes abordés, viennent également enrichir les discussions et soulever des problématiques.

Des problèmes de rythme

Pendant une heure, Laurent Ruquier enchaîne donc les questions d'actualité incontournables du moment telles que "Avez-vous déjà vu un film de Julie Gayet ?" ou "Iriez-vous voir le nouveau spectacle de Dieudonné ?". Seule une rubrique, baptisée "Savez-vous qui c'est ?", propose une pause dans les débats en demandant aux intervenants du plateau de deviner l'identité de deux personnes sur des photos.

Si le concept est intéressant et permet de traiter de l'information d'une façon ludique, on regrette le manque de rythme de l'émission, qui devrait se roder au fil de la semaine. Le rôle de "sniper" de certains chroniqueurs permet cependant de donner un peu de peps au talk-show, qui traîne en longueur.

Quid de la 2e partie

Après une petite page de pub, France 2 propose une deuxième partie baptisée L'émission pour tous, la suite. Si vous vous attendiez à un grand changement, c'est raté ! Outre la présence sur le plateau de personnalités (Georges Tron ou Hélène Pilipowski, qui n'est autre que la cousine de François Hollande), les débats reprennent de plus belle.

Seule nouveauté : le très bon sketch de Florence Foresti . Comme à sa grande époque dans On n'est pas couché, l'humoriste arrive grimée sur le plateau. Cette fois, elle choisit d'incarner une certaine Dominique Pipeau, ministre des affaires problématiques. Lors de sa prestation, l'artiste fait notamment une référence au retour de Laurent Ruquier dans la case de l'access de France 2 en affirmant être tombée "dans une faille spatio-temporelle, en 2004", avant de s'écrier : "le changement ce n’est pas maintenant". A méditer...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter