VIDEO - Quand Emmanuelle Devos incarnait Simone Veil dans "La Loi" : "Cette femme rassemblait au-delà des clivages"

PETIT ECRAN – Dans "La loi", diffusée en 2014, Emmanuelle Devos a incarné Simone Veil à l'écran. Cette fiction relate les quatre jours qui ont conduit au vote de la loi qui autorise l'interruption volontaire de grossesse. "Mes grands-parents gaullistes, comme mes parents, plutôt à gauche, l'admiraient, se souvient Emmanuel Devos. Il y a une sorte d'aura autour d'elle."

C’est le genre de rôle qui ne se refuse pas. Un rôle périlleux aussi. En 2014, Emmanuelle Devos devenait la première comédienne à interpréter Simone Veil dans un téléfilm réalisé par Christian Faure pour France 2. La loi, c’est son titre, n’est pas un biopic de la femme politique française mais une chronique des quatre jours de débats qui mèneront au vote du texte sur l’interruption volontaire de grossesse qui porte son nom. 


A l’arrivée un franc succès, avec plus de 3.9 millions de téléspectateurs pour cette fiction également interprétée par Lionel Abelanski dans le rôle d’Antoine Veil, son compagnon.  Mais aussi Lorant Deutsch dans celui de Dominique Le Vert, son directeur de cabinet.

Mes grands-parents gaullistes, comme mes parents, plutôt à gauche, l'admiraientEmmanuelle Devos

"Je savais qu'elle ne voulait pas que l'on parle de sa vie privée, et qu'on ne pourrait pas réaliser une saga sur sa vie. Mais ce moment-là, son entrée en politique et son combat pour la loi sur l'avortement, constitue une matière suffisamment riche", confiait Emmanuelle Devos à l’époque à Télérama.


"Petite, j'habitais à côté de chez elle, avenue de Tourville. Je passais devant chez elle en allant au lycée (…) Je sentais déjà que cette femme rassemblait, au-delà des clivages politiques : mes grands-parents gaullistes, comme mes parents, plutôt à gauche, l'admiraient. Il y a une sorte d'aura autour d'elle."

Si à l’écran, la ressemblance avec Simone Veil est étonnante, l’important pour Emmanuelle Devos était d’être fidèle à son combat. Et à sa manière habile de faire passer sa loi. "Elle s'est opposée à Françoise Giroud, qui voulait mettre en avant l'argument féministe", rappelait-elle. 


"Mais elle savait que si elle y allait de son laïus féministe, les trois-quarts de la droite ne voteraient pas la loi. Alors qu'en mettant l'accent sur la santé publique, sur la souffrance des femmes, l'injustice que vivaient celles qui se retrouvaient hors-la-loi par détresse, cela marcherait."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La mort de Simone Veil

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter