Nicolas Canteloup ne s'excusera pas pour son sketch sur le Rwanda

Nicolas Canteloup ne s'excusera pas pour son sketch sur le Rwanda

DirectLCI
POLÉMIQUE - Son billet d'humour sur le Rwanda diffusé sur Europe 1 n'a pas plu au CRAN. Nicolas Canteloup est clair : il ne s'excusera pas.

Son sketch ne passe pas. Dans sa "Revue de presque" du 5 février pour Europe 1, Nicolas Canteloup avait pris la voix de Julien Courbet, spécialisé dans la résolution des problèmes de voisinage, pour évoquer le génocide qui a opposé les Hutus et les Tutsis. Le CRAN juge le "sketch ignoble" et lui avait demandé de présenter des excuses. Nicolas Canteloup dans sa "Revue de presque" du 7 février n'a pas tardé à répondre : c'est non.

Il refuse l'équation "une vanne = une excuse". Canteloup s'oppose à l'air du temps qui veut, selon lui, que dès qu' "un autoproclamé prof de l'humour mette un carton jaune, il fa[ille] s'excuser". Un écho à l'affaire qui touche son collègue Nicolas Bedos et sa récente mise en examen pour "injure publique raciale" suite à la plainte du Collectifdom. L'émotion de Louis-Georges Tin, président du CRAN (pour Conseil Représentatif des Associations Noires de France, ndlr) était pourtant bien vive après la diffusion de ce sketch.

Un appel à "des émissions de qualité sur l'Afrique"sur Europe 1

"Quand il s'agit des Noirs, à l'évidence, on peut tout se permettre mais il est temps que cela cesse. Ce soi-disant humour masque mal une forme extrême de mépris et d'abjection. Devant le crime contre l'humanité, esclavage, Shoah, Rwanda, on ne rit pas, on fait silence", avait-il noté dans un communiqué sur le site de son organisation. Le CRAN a donc saisi le CSA et devrait rencontrer les Sages de l'instance le 14 février prochain. Objectif : obtenir la rédaction d'un "code de déontologie" concernant la représentation des crimes contre l'humanité.

"Depuis quelques mois, de nombreux sketches indignes ont pollué le paysage audio-visuel, et ce mouvement de banalisation du mal ne cesse de s'amplifier, ce qui est extrêmement préoccupant", pointant du doigt notamment Dieudonné . Louis-Georges Tin se propose également de rencontrer les dirigeants d'Europe 1, dont M. Olivennes à qui il demandera "de réparer par des émissions de qualité sur l'Afrique l'outrage dont sa radio s'est rendue responsable". La station de radio n'a pas encore répondu à cet appel.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter