"On n'est pas couché" (France 2) : quand Nicolas Bedos revient sur l'affaire Dieudonné

"On n'est pas couché" (France 2) : quand Nicolas Bedos revient sur l'affaire Dieudonné

DirectLCI
POLÉMIQUE - Nicolas Bedos a-t-il été trop loin dans "On n'est pas couché" ? Hier soir, le jeune homme a proposé une chronique virulente au sujet de l'affaire Dieudonné.

Hier soir, Nicolas Bedos a profité de sa chronique dans On n'est pas couché pour France 2 pour évoquer la polémique autour de l'affaire Dieudonné . "Si ce soir je porte une barbe, inspirée à la fois par l'idéologie diabolique de Charlie Chaplin, le talent burlesque d'Adolphe Hitler et le côté branchouille du Mollah Omar, c'est avant tout pour surfer sur la vague bleu marine tendance vert de gris de l'ennemi comique numéro 1, l'irrésistible Dieudonné Mbala Mbala Mbala Mbala, etc...", explique-t-il, avant de se lancer dans un dialogue imaginaire avec un jeune homme au sujet de l'antisémitisme.

"Je vais te faire une petite quenelle maison"

Nicolas Bedos poursuit en évoquant l'interdiction des spectacles de l'humoriste. ''C'est la méthode Stéphane Guillon. Quand t'as pas de talent, tu te fais censurer et tu deviens le Jean Moulin de la rigolade française'', déclare-t-il. Il se lance ensuite dans une "chronique aux quenelles" en avançant des propos volontairement antisémites. Le sniper de France 2 reprend finalement son apparence pour s'exprimer en son nom sur la polémique autour de Dieudonné : "Je ne dis pas bravo à ce con de Dieudo, qui a kidnappé l'humour sur les feujs et les rebeus pour mieux servir une soupe cuisinée à Berlin dans les années 40'', regrette-t-il.

"Merci Dieudo, bravo l'idiot ! Maintenant à cause de toi, tous les politicards tricards, les assos de parano et autres gens pas drôles, vont mettre le nez dans nos vannes. D'ailleurs avant de partir, moi aussi je vais te faire une petite quenelle maison. Mais ma quenelle à moi ne mélangera jamais la barbaque du FN, la misère des banlieues et la bande de Gaza. Ma quenelle se cuisine à toutes les sauces, celle de la Palestine, oui, mais aussi celle du respect de la Shoah et de la lutte contre l'antisémitisme primaire", révèle-t-il. ''On a le droit de dire des conneries et on peut rire de tout avec n'importe qui, si on n'est pas n'importe qui". Reste à savoir si Dieudonné répondra au discours de Nicolas Bedos.

Plus d'articles

Sur le même sujet