Ornella Fleury : "Je m'étais préparée à ce qu'on me dise que j'étais moche et pas drôle, mais alors là..."

TÉLÉ

RÉACTION - Ornella Fleury a véritablement marqué la rentrée télé avec ses blagues polémiques qui ont secoué internet ces dernières semaines. La nouvelle Miss Météo du "Grand Journal" est revenu sur les séquences en question pour le magazine GQ, expliquant ne pas vraiment comprendre la haine engendrée.

Le Grand Journal vit une rentrée 2016 paradoxale. Si elle enregistre des audiences confidentielles - ne dépassant pas les 250.000 téléspectateurs - l'émission de Canal + présentée par Victor Robert, ne cesse de faire parler d'elle depuis le 5 septembre dernier. Mais pas pour les bonnes raisons. Ornella Fleury, la nouvelle Miss Météo, a lancé les hostilités dès le premier jour avec une blague transphobe à l'encontre de la chroniqueuse Brigitte Boréale. Un premier raté qui en a entraîné un autre, avec Jonah Hill, une semaine plus tard. Une vanne qui passe mal, provoque un malaise et qui résulte sur l'annulation de toutes les interviews françaises de l'acteur à Deauville les jours suivants.

La jeune humoriste a rencontré nos confrères de GQ pour revenir sur ces moments polémiques, qui ont provoqué de nombreuses réactions :  "Il y a quand même un magazine qui a titré : 'Ornella Fleury est-elle la pire des miss météo ?', tu te rends compte de la violence du truc ? Je m'étais préparée à ce qu'on me dise que j'étais moche et pas drôle, mais alors là... J'ai eu l'impression que je marchais dans la rue, tranquille et que quelqu'un arrivait vers moi en courant, me mettait une tarte dans la gueule, puis repartait. Heureusement, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans la vraie vie hein ?"

Des vannes sous contrôle

Depuis, la Miss Météo n'a plus autant de liberté, et ses textes doivent passer d'avantage en relecture, pour retirer soigneusement les vannes un peu trop sensibles : "Il faut savoir que dès la première semaine on lisait mes textes hein, avec répet'. Je n'arrive pas en impro avec une vanne folle qui va fracasser l'émission ! Mais c'est vrai que depuis le Jonah Hill Gate, ils font un peu plus attention à moi. On m'a refusé certaines vannes, c'est normal, mais j'ai boudé quoi...".

Aujourd'hui, Ornella Fleury peut souffler un peu, le curseur s'est déplacé sur un autre chroniqueur du Grand Journal Lamine Lezghad. L'humoriste a provoqué un nouveau bad buzz pour l'émission de Canal + avec des propos sexistes et homophobes : "Oui je lui ai demandé de prendre la relève, histoire d'alterner un peu, explique-t-elle. Après il y a eu pire à Canal, franchement, nous on est presque soft ! Mais certains nous attendaient au tournant, donc on a pris cher".

Eviter les réseaux sociaux

Elle raconte ne pas regarder les réseaux sociaux, pour éviter de déprimer, notamment après son premier sketch polémique  : "Tout le monde me regardait bizarre, sauf que moi comme je n'avais rien lu, je ne comprenais pas trop. Là je vois que Brigitte Boréale se met à en parler le soir, un peu solennellement. Ils ouvrent carrément l'émission sur ça ! Je me dis bon... Comme en plus je suis toujours un peu à l'ouest et que je n'imagine jamais qu'une blague peut foutre un bordel énorme, je ne m'étais pas préparée. J'ai décidé de ne plus aller sur les réseaux sociaux, je savais que le premier 'T'es une grosse merde' me déprimerait".

Elle précise ensuite avoir reçu des "messages de soutien, comme si j'étais en phase terminale. Genre, 'nous on te trouve super, t'inquiète pas, j'espère que t'as le moral'. Là j'ai réalisé qu'il s'était passé un truc, et je me suis mis à m'inquiéter pour mes proches, car je savais que ça les affecterait".

Lire aussi

    Et aussi

    Lire et commenter