"Pékin Express" : le programme perd bon nombre de ses sponsors

"Pékin Express" : le programme perd bon nombre de ses sponsors

DirectLCI
POLÉMIQUE - Coup dur pour "Pékin Express". Alors que le passage en Birmanie de la saison 10 du programme choque de nombreux téléspectateurs et internautes, voilà que certains sponsors prennent la poudre d'escampette.

Cette dixième saison de "Pékin Express" n'est pas de tout repos pour M6. Depuis le retour à l'antenne du jeu d'aventure, le 16 avril dernier, la polémique fait rage autour du passage d'une étape de la course en Birmanie. La région est en effet le théâtre d'une répression des Rohingyas, une minorité musulmane. Alors qu'un appel au boycott avait déjà été lancé sur Twitter, très relayé via le hashtag #contrepékinexpress2014, voilà que certains sponsors du programme ont décidé d'abandonner le programme.

L'initiative a été lancée par Fateh Kimouche, fondateur du site Al-Kanz,  destiné aux consommateurs musulmans. Ce dernier a ainsi demandé aux internautes d'envoyer des réclamations aux sponsors de l'émission, afin que ces derniers retirent leur soutien. Le 25 avril, H&M est le premier à céder à la pression et à demander le retrait de son logo sur le site de Pékin Express. Depuis, plusieurs autres marques de prêt-à-porter ont suivi le pas telles qu'Eleven Paris, ou encore Twins for Peace, Bollywood Sari et Sari City.

"On ne fait pas de politique dans Pékin Express"

"Je ne supportais pas que M6 se transforme en office de tourisme de la junte. Mais je ne voulais pas spécialement que la chaîne supprime l'émission. Elle aurait pu diffuser un bandeau explicatif ou reprogrammer le reportage sur la situation des minorités birmanes, Birmanie: silence on tue !, qu'elle a passé en 2010 dans l'émission 66 Minutes. Au lieu de cela, elle a préféré faire la politique de l'autruche... ", a expliqué Fateh Kimouche à Télérama .

Contactée par  metronews lors du lancement de Pékin Express, M6 avait expliqué que le programme n'avait "pas vocation à évoquer les problèmes géopolitiques des pays traversés". Stéphane Rotenberg, lui, s'était également exprimé sur Europe 1 au sujet du passage polémique du programme en Birmanie. "La mobilisation des gens est sincère et bien évidemment,  il y a un régime Birman que l'on ne peut pas cautionner", a-t-il déclaré.

"Faire une émission de divertissement en Birmanie, c'est aller vers le peuple birman, qui ne doit pas être confondu avec son régime. On ne fait pas de politique dans Pékin Express a-t-il ajouté. Ce n'est pas une émission à message, mais un appel à la tolérance permanente".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter