"Politiques Undercover" sur D8 : "Cette émission n'est pas un brûlot contre les politiques"

"Politiques Undercover" sur D8 : "Cette émission n'est pas un brûlot contre les politiques"

INTERVIEW - C'est l'émission dont tout le monde parle... sans en avoir vu la moindre image. D8 lance lundi soir "Politiques Undercover", un programme à mi-chemin entre le magazine et le documentaire dans lequel quatre responsables politiques se griment en simples citoyens afin d'expérimenter des problèmes du quotidien. Le producteur Olivier Hallé défend son concept auprès de metronews.

Un concept hybride
"L'an dernier l'ancien Premier ministre norvégien s'est mis une journée dans la peau d'un chauffeur de taxi. C'était marrant mais les gens le reconnaissaient tout de suite. De mon côté j'avais produit il y a deux ans un documentaire sur le handicap dans lequel j'avais mis des valides dans des fauteuils roulants. Ca m'a fait réaliser que tant qu'on n'a pas ressenti les choses, on ne les comprend pas pleinement. D'où l'idée de proposer la même chose à des politiques qui, à cause de leurs fonctions, sont coupés d'une partie de la réalité."

EN SAVOIR + >> Romero et Ghali assument

Des politiques parfois sceptiques
"Il y a ceux qui ont dit oui tout de suite comme ceux qu'on va voir lundi soir. Bernard Accoyer, l'ancien président de l'Assemblée, ancien médecin, avait par exemple envie de découvrir la réalité d'un service d'urgences aujourd'hui. D'autres m'ont fait comprendre qu'ils avaient un peu les jetons. Ils fantasmaient le masque. Mes équipes ont travaillé plusieurs semaines pour justement ne pas tomber dans le gag. De même il n'y a pas de révélation à la fin comme dans Surprise sur prise !. Le but, c'est de faire ressentir aux politiques une situation sociale de manière complémentaire des dossiers qu'ils lisent à longueur de journée. Pour d'autres, en revanche, c'était 'même pas en rêve. Je suis un homme d'Etat, peut-être futur président de la République. Comment osez-vous ?'"

Une préparation délicate
"Pour le masque, il y a eu une prise d'empreinte, au millimètre près. Puis on a fait des perruques, cheveu par cheveu. On a fait des essais, pour voir s'il était à l'aise. L'expérience durait ensuite une journée, qui commençait par plus de 2h30 de préparation. Samia Ghali, qui s'est mise dans la peau d'une mère célibataire, à la recherche d'un logement, était épuisée à la fin. Mais ce n'était pas gratuit : elle est secrétaire nationale du logement au PS, elle est maire de Marseille et on l'a emmené dans sa propre ville, dans différents quartiers, pour voir quel genre de logement peut trouver - ou pas - une femme en CDI, qui gagne 1 200 euros par moi et élève seule deux enfants. Ce n'est en aucun cas une charge contre les agents immobiliers. Juste une photographie d'une réalité à un instant précis."

EN SAVOIR + >>  Quand des politiques se déguisent... en Français

Une émission utile ?
"Chaque expérience est précédée d'un reportage sur la thématique abordée. Et suivie d'une interview de l'homme politique par Michael Darmon, chef du service politique d'I-Télé. Afin de savoir ce qu'il en retiré. Thierry Mariani, l'ancien secrétaire d'Etat aux transports s'est retrouvé dans la peau d'un handicapé en fauteuil roulant. Il est accompagnée d'une jeune femme, elle aussi en fauteuil. Ils veulent monter dans un bus mais le chauffeur lui explique qu'un seul fauteuil est autorisé à bord et Mariani se retrouve tout seul au bord de la route. Depuis, il a écrit au patron de la RATP pour faire changer les choses."

Des critiques virulentes... et injustes ?
"Je trouve ça incroyable que les gens aient un avis tranché et définitif sur un programme dont ils n'ont vu aucun extrait et dont ils ont entendu parler via de vagues rumeurs. François Fillon a dit que c'était 'une perversion du débat politique'. J'ai beaucoup de respect pour lui mais c'est n'importe quoi ! Lui parle sans savoir mais moi j'ai travaillé : il a été au gouvernement, ministre puis Premier ministre pendant 20 ans. Est-ce vraiment possible, avec ce que ces fonctions impliquent, de connaître réellement le quotidien des Français ? J'ai aussi lu que nous faisions la "téléréalité" des politiques. Mais la téléréalité, c'est mettre des gens ordinaires dans une situation extraordinaire, avec élimination et gains. C'est tout l'inverse de ce qu'on fait."

EN SAVOIR + >> Samia Ghali justifie sa participation : "Je suis une personne de terrain"

D'autres numéros en préparation
"Nous avons l'accord de Julien Dray et de Dominique Bussereau. Michèle Alliot-Marie attend de voir. Elle m'a dit 'si c'est ce que tout le monde a dit, je ne le ferai pas. Si c'est ce que vous m'avez présenté, alors oui'. Tout ce que je peux vous dire, c'est que Politiques Undercover n'est pas un brûlot contre les politiques. Au contraire. La plupart du temps nos responsables sont invités dans des émission de com' hyper-violentes. Où ils sont attaqués, parfois de façon gratuite, pour leur faire sortir une petite phrase qui fera de la reprise. Si bien qu'ils sont tout le temps sur la défensive. Or mon but est de proposer un magazine où on les voit un peu d'une autre façon."

"Politiques Undercover", lundi à 20h50 sur D8

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait fuir des milliers d'habitants de Java paniqués

Saône-et-Loire : une adolescente meurt électrocutée avec le chargeur de son téléphone portable

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.