Pourquoi "Westworld", la nouvelle série de HBO, est tant attendue

TÉLÉ
Westworld, la nouvelle série de la chaîne câblée HBO - qui diffuse Game of Thrones - mêle far west et science fiction. Voici les raisons pour lesquelles il faut garder un oeil sur sa sortie, le 2 octobre.

Plus que 13 épisodes avant la fin de Game of Thrones, la série star de HBO. La chaîne américaine anticipe et lance dès le 2 octobre sa nouvelle série : Westworld. En France, elle sera diffusé 24 heures après la diffusion américaine sur OCS City. Elle est déjà citée comme la grande remplaçante de GOT, non pas pour son histoire mais pour son potentiel.

La série est inspirée du film réalisé par Michael Crichton, Mondwest, sorti en 1973. Le réalisateur et scénariste est aussi l'auteur de Jurassic Park, Le monde perdu ou encore La proie. Cette base de départ semble prometteuse. Et ce n'est pas le seul élément qui donne envie pour cette aventure mêlant far west et science-fiction.

Un casting d'enfer

Westworld peut se targuer d'avoir des créateurs qui cartonnent. Jonathan Nolan, scénariste (The Dark Knight, Le Prestige et Memento), le frère de Christopher Nolan s'occupe de la réalisation. À la production, on retrouve J. J. Abrams réalisateur du dernier Star Wars : le réveil de la force et créateur des séries Lost : les disparus et Alias. Ensemble, ces deux-là ont déjà collaboré sur Person of Interest, série diffusée sur TF1, qui a pris fin en juin avec sa cinquième et dernière saison. 


Le casting de la nouvelle série HBO annonce du beau monde. Anthony Hopkins, Jeffrey Wright, Evan Rachel Wood, James Marsden, Ed Harris et Rodrigo Santoro se trouvent sur la liste des quinze personnages majeurs d'une série saupoudrée de scènes de sexes et d'affrontements. Cerise sur le gâteau, la bande-son devrait donner envie de taper du pied avec des titres comme "Paint it Black" des Rolling Stones et "Black Hole Sun" de Soundgarden en versions instrumentales dès les premiers épisodes. La bande-annonce, sortie en juin a donné le ton. 

Des personnages étonnants au cœur d'une "sombre odyssée"

HBO résume son nouvel arrivant comme "une sombre odyssée sur l'aube de l'intelligence artificielle et l'évolution du péché dans un monde où tous les désirs humains, nobles ou dépravés, peuvent être satisfaits". Westworld, c'est avant tout le nom d'un effrayant parc d'attractions pour adultes qui invite ses visiteurs à revivre une époque. Far west, antiquité romaine ou période médiévale sont à portée de mains grâce à des reconstitutions étrangement bien faites, peuplées de robots androïdes en guise de personnages.

A la tête de ce programme, le brillant et taciturne docteur Robert Ford (Anthony Hopkins) ne laisse rien au hasard. Le cerveau du district informatique, Bernard Lowe (Jeffrey Wright) œuvre pour créer sans cesse des nouveaux pantins artificiels. Elsie King (Shannon Woodward) doit quant à elle surveiller les comportements des "hôtes", les androïdes, et détecter les bizarreries pour assurer le bon déroulement des mondes virtuels.

Malgré toute la vigilance, un bug se glisse. Logan (Ben Barnes) et William (Jimmi Simpson), deux amis et visiteurs sont pris en chasse par l'un des androïdes, Dolores Abernathy (Evan Rachel Wood). Fille de la ferme et créature du parc complétement tourmenté dans la bande-annonce, comprend alors que son existence est un mensonge. Parmi les hôtes de l'attraction, Teddy Flood (James Marsden), nouvelle arrivant dans la ville du far west est un as de la gachette et Maeve Millay (Thandie Newton), une dame de saloon douée pour la survie et pour cerner les gens.

Bien sûr, toute bonne série a son bon méchant. Westworld en a deux. Les téléspectateurs pourront haïr l'homme en noir, interprété par Ed Harris, "distillation de pure cruauté dans un seule homme", selon le communiqué de HBO. Sans foi, ni loi, le bandit et sauvage prédateur le plus recherché du far west se nomme Hector Escaton (Rodrigo Santoro).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter