Pourquoi "Westworld", la nouvelle série de HBO, va faire un carton

Pourquoi "Westworld", la nouvelle série de HBO, va faire un carton

CRITIQUE - "Westworld" débarque ce dimanche 2 octobre sur HBO, et le lendemain en France sur OCS en US+24. Une fiction bien partie pour devenir la nouvelle série événement dont tout le monde parlera. Une narration dense, des personnages aussi captivants qu'impénétrables et un univers unique. Embarquez avec nous dans ce Far West futuriste.

"Bienvenue à Westworld. Pas de visite guidée, pas de mode d'emploi, tous nos hôtes sont uniquement là pour vous". Avant même d'entrer dans ce monde sans limite, William (incarné par l'impeccable Jimmi Simpson) est prévenu : il va vivre une aventure comme aucune autre, dans un monde sans limite. Dans ce qui ressemble à un parc d'attractions où les clients sont rois, les hôtes - des androïdes à l'apparence humaine - sont là pour réaliser tous leurs désirs et caprices. L'endroit leur offre des possibilités infinies, qu'ils soient d'humeur aventurière, ou même coquine. 

L'avantage - ou l'inconvénient selon l'envie d'authenticité - c'est que les humains qui posent un pied à Westworld ne peuvent pas être blessés par les hôtes, même par les plus dangereux d'entre eux. À l'inverse, ils peuvent tirer et tuer les androïdes, pour ceux qui ne peuvent contenir leurs pulsions les plus sombres. Pour autant, les hôtes ne disparaissent pas, et c'est là toute leur particularité : ils vivent les événements en boucle. Quand une journée se termine, la même recommence le lendemain, sans qu'ils ne le sachent. Ils sont programmés pour suivre un itinéraire, sans en dévier.

Une machine bien huilée

Aucune anomalie ne doit enrayer cette machine bien huilée. Tout doit s'articuler sans bug. En théorie. En pratique, certains hôtes parviennent à percer leur esprit contrôlé et rêvent, se souviennent, s'humanisent. Westworld, comme la série Real Humans a pu le faire avant elle, explore tout autant la question de la robotique que celle de l'humanité. Elle s'interroge sur les limites de l'une et l'envergure de l'autre. C'est notamment ce qui arrive à Dolores Abernathy (incarnée par Evan Rachel Wood) et Maeva Millay (Thandie Newton), qui commencent à douter la réalité de leur monde. Mais un autre personnage retient notre attention : l'homme en noir, interprété par Ed Harris. Il suit sa propre mission, en dehors du programme. Est-ce un androïde ? Un humain ? Les armes ne lui font rien, alors qu'il peut blesser et tuer les hôtes.

Mais parmi les créateurs et programmateurs du parc, personne ne semble y faire attention. Plus occupés et appliqués à faire fonctionner Westworld et éviter tout bug. C'est là où la série est aussi passionnante : elle nous permet de voir l'envers du décor,  la conception de ce monde fascinant. On retrouve Anthony Hopkins, qui incarne le docteur Robert Ford, l'homme qui a mis le parc sur pied, le génie qui a fabriqué les androïdes, avec, à ses côtés, Jeffrey Wright (Bernard Love, chef de la programmation) et Shannon Woodward (Elsie King, programmeuse).

La nouvelle grande série après "Game of Thrones" ?

À ces deux aspects de la narration, s'ajoute un autre niveau de lecture : le parallèle entre la préparation et le façonnage du parc, et le développement de la série. Quand les programmeurs constatent qu'un des hôtes, ou qu'une des histoires implantées dans le parc ne répondent pas comme ils le voudraient, ils n'hésitent pas à aller sur le terrain pour stopper la machine et réparer les erreurs. Comme ce fut le cas avec la série, dont la production a été arrêtée à plusieurs reprises. Si on pouvait craindre le pire, J.J. Abrams, producteur, et Jonathan Nolan, le créateur, ont tenu à nous rassurer en expliquant que la décision avait été prise pour qu'ils puissent prendre le temps de développer le projet sur plusieurs années, établir une feuille de route.

Dans ses quatre premiers épisodes, que LCI a pu voir, Westworld prend le temps de poser son univers, son atmosphère, présenter ses personnages, tout en exposant une histoire riche, dense et un monde unique. Si HBO peut se sentir orpheline après l'arrêt de Game of Thrones, elle va trouver en Westworld - adaptée du film Mondwest de Michael Crichton - sa nouvelle série événement qui alimentera toutes les discussions. Préparez-vous à un voyage passionnant dès le lundi 3 octobre sur OCS.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

    Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

    EN DIRECT - Covid-19 : le XV de France plombé par le virus

    "Plus de 50% de la viande consommée en France" est-elle halal ?

    A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.