PPD : "J’ai eu recours à la chirurgie esthétique, mais pas sur le visage"

TÉLÉ

INTERVIEW – La vraie star de Canal+, c'est lui. Alors que la chaîne cryptée célèbre en grande pompe ses 30 ans ce mardi soir, "Les Guignols de l'info" auront eux aussi les honneurs du prime vendredi prochain avec "La boîte à musique". Pour l'occasion, PPD a accepté de se confier sans langue de bois à "metronews"*

Comment allez-vous célébrer les 30 ans de Canal+ ?
Avec une grande soirée rétrospective des meilleures chansons des Guignols que je co-présenterai avec Michel Denisot.

Vous n'avez pas pris une ride. Aller, avouez que vous avez succombé aux sirènes de la chirurgie...
J’avoue j’ai eu recours à la chirurgie esthétique mais pas sur le visage.

De Caunes, par contre, il a pris un coup de vieux, vous ne trouvez pas ?
Pour un homme de 87 ans, je le trouve en pleine forme.

Est-ce que Philippe Gildas vous manque ?
Personnellement, c’est plus Cécile Siméone qui me manque.

Quel est votre chouchou dans les animateurs de la chaîne ?
Jules-Edouard Moustic, un jeune très prometteur.

Comment faites-vous pour ne pas vous faire piquer votre fauteuil par Harry Roselmack ou Laurent Delahousse qui sont quand même plus sexy que vous ?
C’est vrai qu’ils sont plus sexys que moi, heureusement, ils ne sont pas journalistes.

Quelle est la marionnette qui vous fait craquer mais qui s'est toujours refusée à vous ?
Claire Chazal.

Au fond, entre nous, êtes-vous plutôt de gauche ou de droite ?
Comme vous voulez, du moment que je ne passe pas pour un centriste.

A quoi ressemble la vie de PPD quand il rentre chez lui le soir ?
Rien d’exceptionnel, j’ai la vie de n’importe quelle autre marionnette habitant Paris.

Pensez-vous à prendre votre retraite ?
Je vais pas être à la retraite, je viens tout juste de fêter mes trente ans.

L'Anniversaire, mardi 4 novembre à 20 h 55 sur Canal+
Les Guignols de l'info – La boîte à musique, vendredi à 20 h 55 sur Canal+

*Interview réalisée avec la complicité des auteurs des Guignols, Lionel Dutemple, Benjamin Morgaine, Julien Hervé et Philippe Mechelen. 

Sur le même sujet

Lire et commenter