"Amour, Gloire et Beauté" captive ses fans depuis 30 ans : les 3 secrets de sa longévité

DirectLCI
ANNIVERSAIRE - "Amour, Gloire et Beauté", qui a fêté ses 30 ans en mars dernier, sera à l'honneur du 16 au 20 juin au 57e Festival de télévision de Monte-Carlo. Une longévité qui fait rêver de nombreuses séries... Mais quelle est la recette de son succès ?

Manipulations, histoires de coeur, trahisons, haute couture... Les familles Forrester, Spectra, Spencer et Logan se déchirent depuis 1987 et l'arrivée de The Bold and the Beautiful aux Etats-Unis. Elles débarquent en France deux ans plus tard, le 12 juin 1989, d'abord sous le titre Top Models sur Antenne 2, avant que la série ne soit rebaptisée Amour, Gloire et Beauté en 1990. Pour les trente ans du soap opera, le 57e Festival de Télévision de Monte-Carlo a décidé de lui faire honneur. 


Pas moins de neuf membres du casting sont ainsi conviés du 16 au 20 juin : Darin Brooks, Don Diamont, Reign Edwards, Rome Flynn, Pierson Fode, Courtney Hope, Katherine Kelly Lang, Jacqueline MacInnes Wood et Heather Tom. Si vous êtes un aficionado de la série, vous avez remarqué qu'il y a de nombreux jeunes acteurs parmi ces invités. Aujourd'hui, les deux seuls acteurs d'origine à être encore au générique de manière régulière sont Katherine Kelly Lang et John McCook, alias Brooke Logan et Eric Forrester. Mais quels sont les secrets de cette longévité record ?

1. Savoir se renouveler

En 2012, Susan Flannery, alias Stephanie Forrester, et Ron Moss, qui interprétait Ridge Forrester, ont pris la décision de partir pour des différends créatifs. Un véritable tournant pour Amour, Gloire et Beauté qui perdait là deux figures historiques et aimées des fans. Mais, comme à son habitude, la série a su rebondir grâce à ses intrigues toutes plus captivantes les unes que les autres, les retournements de situations, les manipulations... Et ses nombreux personnages. 


Parce qu'Amour, Gloire et Beauté, c'est un casting d'une vingtaine de personnes. Certains partent ? Aucun problème ! D'autres arrivent. Et pour attirer de nouveaux téléspectateurs, la série n'hésite pas à jouer la carte de la jeunesse et mêler les anciens à de jeunes premiers.

2. Pas le temps de s'ennuyer

Au début de l'année, dans une interview pour le site australien Bendigo Advertiser, John McCook s'est confié sur le succès d'Amour, Gloire et Beauté aux Etats-Unis : "C'est comme une BD, après un certain nombre de cases, tu dois tourner la page. Elle ne fait pas de surplace : il se passe quelque chose dans une page, on passe rapidement à la suivante. Pour un acteur, c'est assez frustrant, parce qu'on aime bien explorer l'impact des actes et des paroles, mais on fait tout pour insuffler une richesse dans ces scènes rapides".

3. Elle plaît à tout le monde, dans le monde entier

L'Europe a aussi su s'emparer de cette passion du soap opera, pour ne plus la lâcher : "Quand la série était nouvelle, en 1987, c'était une période qui coïncidait avec la déréglementation de la télévision dans quelques pays en Europe, et les chaînes cherchaient quelque chose de neuf. Nous l'étions et nous n'étions pas cher. C'était beau, bien foutu, international et rapide. La plupart de ces pays n'avaient jamais eu de série quotidienne comme ça", estime John McCook.


Le feuilleton est universel et ses codes sont utilisés dans tous types de séries, quelles soient humoristiques, dramatiques, de science-fiction ou même dans Game of Thrones. Des histoires d'amour, des intrigues qui mêlent plusieurs personnages, des rebondissements, des catastrophes improbables. Tout ça dans des histoires plutôt simples et dans des décors qui changent rarement. De quoi rendre accro.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter