"Riverdale" : la nouvelle obsession série de l'année

"Riverdale" : la nouvelle obsession série de l'année
TÉLÉ

CRITIQUE - "Riverdale", un mix entre "Twin Peaks" et "Gossip Girl" ? Pas exactement. La chaîne américaine CW a lancé sa nouvelle série le 26 janvier dernier, disponible chaque semaine sur Netflix en France. Adaptée des comics Archie, elle tourne autour d'un groupe de lycéens et d'un mystérieux meurtre...

Il y a 75 ans, Vic Bloom et Bob Montana créaient le comicbook Archie, un univers gravitant autour d'un lycéen, surnommé Archie Andrews, et de ses amis Jughead, Véronica Lodge et Betty Cooper, habitants de la petite ville de Riverdale. Archie est aujourd'hui considéré comme l'ancêtre de nombreux teen-shows diffusés depuis sur le petit écran américain, à l'image de Gossip Girl ou Dawson notamment. Et comme le comicbook apparaît comme intemporel, explorant des sujets qui parcourent les générations, la chaîne américaine CW a décidé de l'adapter en série, très actuelle, en ce début d'année 2017. Riverdale, intitulée comme la ville dans laquelle se déroule les événements, suit les mêmes personnages, pris dans une sombre histoire du meurtre d'un jeune lycéen nommé Jason Blossom.

Évidemment, à l'instar des personnages originaux, les stéréotypes -repris dans les séries "adolescentes" américaines chaque année-  sont bien présents. Nous avons le droit au héros beau gosse, au centre d'un triangle amoureux, la jeune fille sophistiquée, l'amie un peu timide, le rival sexiste et le meilleur ami un peu en marge. Mais dès ses premiers épisodes, Riverdale casse ces codes et fait autre chose de ses personnages. Si le comicbook d'origine a beaucoup influencé, la série n'hésite pas à associer son héritage à des inspirations bien marquées. Et on pense notamment à Twin Peaks.

Univers pop et stylisé

Le point de départ est le même : un corps est retrouvé dans la rivière d'une ville entourée de forêts et de montagnes, ses habitants ne sont pas ce qu'ils semblent être et cache bien des secrets. Mais la comparaison s'arrête là, aux portes du deuxième épisode qui lorgne déjà vers d'autres références : Dawson, pour son côté meta et ultra connecté à la pop-culture, mais également Veronica Mars, qui revit un peu à travers le troisième épisode et la chasse aux footballeurs qui harcèlent des lycéennes. 

Les relations ne sont jamais arrêtées et l'évolution est constante à mesure que les personnages et leurs secrets se dévoilent. Riverdale possède  ainsi une photographie singulière et une esthétique très marquée, alliant la noirceur de l'intrigue et son côté pop. Elle enchaîne les retournements de situation et les situations drôles, parfois, sexy, souvent. Si elle se tombe par moments dans l'excès, la série -disponible sur Netflix en France- possède un vrai ton.

En vidéo

Julia Molkhou évoque la série Riverdale

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent