VIDEO - Loïc Prigent : "Il y a un effet Macron sur la Fashion Week de Paris"

DirectLCI
DOCUMENTAIRE – Dans "52 minutes de mode", diffusé ce soir sur TMC, Loïc Prigent embarque les téléspectateurs dans les coulisses de la dernière Fashion Week de Paris. Une semaine à la fois drôle, extravagante et responsable, boostée par un soutien inattendu.

Son regard sur l’univers de la mode est unique. Depuis la fin des années 1990, Loïc Prigent croque avec humour – et admiration – les coulisses d’une industrie qui fait autant rêver qu’elle agace. De la presse à écrite à la télévision,  des pages de Libération à sa collaboration avec Mademoiselle Agnès sur Canal +, ce Breton de naissance connaît la Fashion week de Paris comme sa poche. Et nous y embarque ce mardi dans "52 minutes de mode" sur TMC, déclinaison grand format de ses "5 minutes de mode" dans "Quotidien" de Yann Barthès. Des images tournées début mars durant les défilés automne-hiver 2018-2019. 


Le Grand Palais transformé en forêt des merveilles par Karl Lagerfeld pour Chanel, les préparatifs de la fille de Cindy Crawford pour le défilé d’Isabelle Marant, les tribulations de la redoutée Anna Wintour ou encore l’indispensable "Fashion Nawak" : rien n’échappe à l’homme à la casquette. "Parfois, j’aime bien me concentrer sur l’artisanat, comprendre d’où vient un bouton, par exemple. Et parfois, je suis simplement fasciné par le spectacle", raconte-t-il. "Parfois ce sont les enjeux business. Et puis parfois, c’est la personnalité, des créateurs, des mannequins ou des attachés de presse qui sont complètement extravagants ou frivoles."

Les castings de mannequins où tout le monde est blanc, blond, de la même taille et dans une même sous-charge pondérale, ce n’est plus possibleLoïc Prigent

Cette année, la Fashion Week parisienne subit une influence plutôt inattendue : "Il y a vraiment un effet Macron à l’international", révèle Loïc Prigent. "La France séduit à nouveau les acheteurs et plusieurs marques dominent l’esthétique en ce moment et défilent à Paris." Le tout sur fond de prise de conscience de certains enjeux cruciaux. Respect de l’environnement et des animaux, interdiction des mannequins anorexiques, diversité… "Les castings de mannequins où tout le monde est blanc, blond, de la même taille et dans une même sous-charge pondérale, ce n’est plus possible", assure-t-il.


La mode serait-elle enfin devenue responsable ? "On était dans un système où on était dans le rouge le plus total. C’était tellement rouge qu’on s’y était habitué !", ironise-t-il à peine, en observateur avisé. "Désormais, il y a des paravents dans les coulisses pour que la pudeur des mannequins soit protégée. On se met à mieux les nourrir... Il y a encore quelques temps, lorsque vous demandiez à boire, il n’y avait que du champagne !"

>> "52 minutes de mode" de Loïc Prigent, ce soir à 22h55 sur TMC

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter