Remarques sexistes dans "Chasseur d'apparts" : Stéphane Plaza dans le viseur du CSA

TÉLÉ

TÉLÉVISION - L'émission "Chasseurs d'appart", produite par Stéphane Plaza, est sous surveillance depuis septembre par le Conseil supérieur de l'audiovisuel français après plusieurs signalements concernant des remarques sexistes.

Stéphane Plaza va-t-il être rattrapé par le vocabulaire employé dans ses émissions ?  Lundi, le CSA belge a en tout cas annoncé qu'une procédure avait été ouverte pour "possible atteinte au respect de l'égalité entre les femmes et les hommes" après la diffusion d'une des émissions de l'agent immobilier sur la chaîne RTL TVI. Mais selon les informations du Huffington Post, la Belgique n'est pas la seule à s'intéresser de près aux émissions de Stéphane Plaza.

Ainsi, le site a appris que le programme "Chasseurs d'appart", diffusé depuis juillet 2015 sur M6, était placé "sous surveillance" depuis septembre dernier par le Conseil supérieur de l'audiovisuel français. Le CSA a commencé à s'intéresser à cette émission en février 2017 en raison d'une quinzaine de signalements envoyés après la diffusion en prime-time d'un épisode spécial "choc des champions". C'est ce prime-time qui a fait réagir le CSA belge initialement. Plusieurs téléspectateurs avaient notamment vivement réagi aux remarques de la voix-off de l'émission en question sur le physique de certaines participantes.

En vidéo

Hanouna choqué par la sanction du CSA contre TPMP

"On a considéré à l'époque qu'il n'y avait pas assez d'éléments de droit et que ça pouvait être un dérapage à caractère humoristique et occasionnel", a expliqué le CSA français au Huffington Post. "Mais cela a été une alerte pour nous. Le conseil a ensuite été saisi par les téléspectateurs lors de la diffusion d'autres épisodes de 'Chasseurs d'appart'", a poursuivi l'organisation. 

En raison de ces alertes répétées, le CSA s'est donc auto-saisi. Après étude des différents épisodes de l'émission, il rendra ses conclusions en décembre prochain. "Si le sexisme devient un ressort éditorial, cela peut poser problème au conseil", a estimé auprès du Huffington Post le CSA.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter