Canular homophobe dans TPMP : le CSA ouvre une procédure et répond aux accusations de lenteur

TÉLÉ

HOMOPHOBIE - Dans un communiqué publié ce mardi, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) indique avoir transmis le dossier à un rapporteur indépendant et précise qu'il ne pourra prendre de sanction qu'après le retour des conclusions de ce rapporteur.

Après cinq jours de polémique et 25.000 plaintes de téléspectateurs reçues, le CSA a publié, ce mardi, une "mise au point" à propos de l'émission Touche pas à mon poste du 18 mai, diffusée sur C8, au cours de laquelle Cyril Hanouna s'est moqué en direct de plusieurs homosexuels.

"Constatant que cette chaîne avait déjà fait l’objet de deux mises en demeure pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, le directeur général du CSA a transmis ce jour ces informations au rapporteur indépendant. En application de la loi, celui-ci, désigné par le vice-président du Conseil d’État, est chargé d’instruire les procédures de sanction. Ce n’est qu’à l’issue de cette instruction, dont le rapporteur est le seul maître du calendrier, que le Conseil, après audition, peut se prononcer sur une éventuelle sanction", indique ce communiqué du CSA.

Lire aussi

"Le CSA tient à rappeler que son directeur général a déjà transmis à deux reprises au rapporteur des dossiers concernant Touche pas à mon poste les 23 novembre et 20 décembre 2016, pour des émissions diffusées respectivement les 3 novembre et 7 décembre 2016. Il déplore aujourd’hui qu’on lui impute le délai de la procédure dont seul le rapporteur, en application de la loi, a la maîtrise. Il vient juste de recevoir ce mardi 23 mai les conclusions du rapporteur dans ces deux dossiers et pourra ainsi leur donner les suites qu’il convient. Les auditions des représentants de la chaîne seront fixées très prochainement afin de statuer sur ces affaires", poursuit le communiqué.

Dans la première de ces deux séquences précédentes, Cyril Hanouna avait fait croire au chroniqueur de "TPMP" Matthieu Delormeau qu'il avait assisté à un meurtre. Dans la seconde, Cyril Hanouna avait été accusé d'agression sexuelle pour avoir mis les mains de la chroniqueuse Capucine Anav sur ses parties intimes. Précédemment encore, le chroniqueur de "TPMP" Jean-Michel Maire avait embrassé la poitrine d'une intervenante sans son consentement

Lire aussi

"À l’expérience, il apparaît nécessaire de faire évoluer le cadre juridique de la procédure afin de la rendre plus efficace et plus conforme aux impératifs de nos missions", conclut le communiqué du CSA. Ces derniers jours, de nombreux internautes attendaient la réaction de l'autorité française de régulation de l'audiovisuel.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter