"Sherlock" : la saison 4 s'annonce plus sombre que les précédentes

"Sherlock" : la saison 4 s'annonce plus sombre que les précédentes
TÉLÉ

TEASING - Sherlock n'est pas prêt de lâcher son deerstalker et son long manteau. De nouveaux dangereux criminels vont se mettre sur sa route, et selon Steven Moffat, la saison 4 de la série britannique s'annonce bien plus sombre que les précédentes.

La saison 4 de Sherlock débarque ce dimanche 1er janvier avec “The Six Thatchers”, son premier épisode, et les fans doivent s'attendre à des enquêtes au ton différent de celui des saisons précédentes. Sherlock (Benedict Cumberbatch), Watson (Martin Freeman) et Mary (Amanda Abington) "vivent les meilleurs moments de leur vie. Dans les séquences modernes de l'épisode The Abominable Bride (diffusé en janvier dernier, ndlr) on les voit rire et tout va bien pour eux". 

Mais cette période de bonheur semble terminée. Dans une interview accordée au site américain Entertainment Weekly, Steven Moffat, producteur et co-créateur de la série, a assuré que les choses vont rapidement aller mal : "Ils sont tous drogués à l'adrénaline, et il ne fait aucun doute que les choses vont se dégrader. Parce qu'ils ne peuvent pas vivre une vie pareille en imaginant que tout va aller bien pour eux. Il y a des conséquences. Ce n'est pas un conte de fées et cette saison 4 va être vraiment sombre".

L'ombre de Moriarty plane...

Dans les images des bandes-annonces de cette nouvelle saison, les fans ont remarqué la présence d'un personnage disparu depuis la saison 2, et aimé de tous : le psychopathe Moriarty (Andrew Scott). Mais selon Moffat, s'il pourrait être l'auteur d'un plan post-mortem pour vaincre Sherlock, il ne devrait pas beaucoup apparaître dans ces trois nouveaux épisodes. Laissant place à un nouvel ennemi incarné par Toby Jones.

"Moriarty n'est présent que sporadiquement dans les histoires de Sherlock Holmes. Il n'est pas continuellement l'ennemi du détective, il est là de temps en temps. Dans la série, il meurt à la fin de la saison 2, dans son premier épisode complet. Donc ça n'a jamais été un problème pour moi, Sherlock n'a pas besoin d'un seul grand ennemi. On ne peut pas avoir le même méchant tout le temps, il perdrait en mystère, il deviendrait prévisible. Il y en a de nombreux autres qui n'ont jamais été explorés" explique-t-il.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent