Shirley, finaliste du "Bachelor 2016" : "Je me fiche complètement des critiques"

INTERVIEW – Va-t-elle repartir avec le beau Marco, ce lundi soir sur NT1 ? Finaliste de l'édition 2016 du "Bachelor", Shirley en a fait voir de toutes les couleurs au gentleman célibataire italien. La coiffeuse belge de 21 ans fera-t-elle le poids face à sa rivale Linda ?

Vous attendiez-vous à vous retrouver en finale ?
Non, pas du tout. Je ne pensais pas qu'on allait autant accrocher avec Marco, surtout après que j'ai refusé la rose. Je suis quelqu'un de très entier, au caractère assez fort, et je pense que c'est ça qui lui a plu. 

Pourquoi Marco devrait-il vous choisir ?
Parce qu'entre nous, tout est naturel et simple. On a vécu des choses fortes, et on est très tendres l'un envers l'autre.

Avez-vous peur de votre rivale, Linda ?
A partir du moment où on se retrouve en finale face à une candidate à laquelle on ne s'attendait pas, forcément ça fait peur. Ça ne se joue qu'à une personne près. Maintenant, il faut donner le meilleur de soi-même.

"Evidemment les images avec les autres filles, ça fait un peu mal"

Qu'est-ce qui vous plait le plus chez Marco ?
Tout ! Il me plaît entièrement, autant physiquement que psychologiquement. C'est quelqu'un de très simple et naturel.

Qu'est-ce qui vous énerve chez lui ?
Pas grand-chose. C'est vrai que ce n'est pas toujours évident mais pour moi, c'est l'homme parfait.

Ça ne vous a pas agacé de le voir emballer à tour de bras les autres prétendantes ?

Non car c'est le jeu. Quand on participe au "Bachelor", on sait à quoi s'attendre et il faut prendre beaucoup de recul. Evidemment les images, ça fait un peu mal mais comparé au bonheur que ça procure, ça en vaut la peine. Il faut juste penser à soi-même.

"Avoir une vie publique, ça ne m'intéresse pas"

Comment gérez-vous les critiques sur les réseaux sociaux et la soudaine célébrité ?
Je vis les choses plutôt bien car les gens qui m'abordent sont généralement sympas. Après il y a aussi les mauvaises critiques, mais il ne faut pas oublier que les gens ne voient qu'une heure et demie d'émission pas semaine. Ils ne connaissent qu'un seul côté de notre personnalité, donc je me fiche des critiques sur moi car ça vient de personnes qui ne me connaissent pas.

Pensez-vous vraiment qu'on puisse trouver l'amour à la télé ? 
Pour moi l'amour peut se trouver n'importe où, dans la rue, dans le métro. Et pourquoi pas au "Bachelor" ?

Avez-vous envie de faire de la télévision à présent ? 
Avoir une vie publique ça ne m'intéresse pas vraiment car j'aime conserver mon jardin secret. Ce n'est donc pas dans mes projets immédiats de faire de la télé, mais tout dépend de ce qu'on me propose. Je ne suis pas venue vivre à Paris pour qu'on me colle une étiquette de téléréalité. Je travaille aujourd'hui dans un salon de coiffure de luxe et j'adore ça.

Que répondez-vous à ceux qui trouvent que "Bachelor" est un programme réducteur pour les femmes ?
Je ne trouve pas que ce soit dégradant pour les femmes. Dans la vie de tous les jours, quand on est en couple, il y a d'autres filles qui peuvent convoiter mon conjoint, ou d'autres hommes peuvent me draguer. La tentation et le danger sont partout. "Bachelor" c'est comme dans la vie, sauf que là on expose notre vie privée. Les gens critique l'émission mais ils l'attendent chaque année ! Beaucoup de jeunes femmes rêveraient d'être à notre place. On rencontre l'amour dans une émission, on vit des choses incroyables. Ça nous fait des souvenirs pour toute la vie.

"Bachelor", la finale, lundi à 20 h 55 sur NT1.

A LIRE AUSSI 
>>  Linda, finaliste du "Bachelor 2016" : "Shirley ne me fait pas peur"
>> 
"Bachelor 2016" - Episode 9 : "Et là… Elle me fait la bise !"
>> 
VIDEO - Cinquante Nuances de Marco : le "Bachelor", c'était vraiment hot

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

Covid-19 : la mortalité liée au virus aux États-Unis cette année remet-elle en cause la vaccination ?

EN DIRECT - Covid-19 : risque "élevé à très élevé" que le nouveau variant "Omicron" se répande en Europe

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.