Sidonie Bonnec : "Travailler aux Maternelles, ça donne envie de faire des bébés !"

Sidonie Bonnec : "Travailler aux Maternelles, ça donne envie de faire des bébés !"

INTERVIEW - Le nouveau visage des "Maternelles", c'est elle. Après 8 ans d'"Enquêtes criminelles" sur W9, Sidonie Bonnec succède à Julia Vignali aux commandes de l'émission phare de France 5. La jeune maman, qui officie également sur RTL, nous dit tout sur sa nouvelle vie.

Vous avez abandonné "Enquêtes criminelles" pour "Les Maternelles". Aviez-vous envie de plus de douceur ?
Complètement ! J'avais envie de changer de matière et de travailler en bande surtout. Avec "Les Maternelles", je suis servie. Quand France 5 m'a proposé de prendre les commandes de l'émission après le départ de Julia Vignali, je n'ai pas réfléchi et j'ai dit oui tout de suite. J'ai toujours aimé regarder "Les Maternelles", même quand je n'avais pas d'enfant. C'est une émission où la parole est libre, et ça, c'est quelque chose qui me plaît.

Faut-il obligatoirement être maman pour présenter "Les Maternelles" ?
Oui, c'est une des conditions, sinon on ne se pose pas les mêmes questions. Moi j'en ai des tonnes parce que je suis en plein dedans. Cette nuit justement, à 3 heures du matin, ma fille m'a réveillée parce qu'en ce moment elle fait ses dents, c'est terrible. "Les Maternelles", c'est la seule émission où tu peux parler à longueur de journée de tes enfants sans que personne ne te regarde de travers !

Comment s'est passée l'adaptation ?
J'ai tellement fantasmé l'émission dans ma tête et travaillé ensuite dessus avec toute l'équipe que ça s'est fait très naturellement. Même si j'avoue que j'ai eu un énorme stress 5 minutes avant d'entrer sur le plateau, je me suis dit : "Qu'est-ce que je fais là ? Je suis dingue, je vais succéder à des filles incroyables !". Mais je me suis tellement éclatée qu'au bout de 5 minutes j'avais l'impression d'être avec des copains en train de discuter naturellement.

A LIRE AUSSI >> Pourquoi Julia Vignali quitte "Les Maternelles" ?

Avez-vous changé des choses à la formule de l'émission ?
Non, à part l'arrivée de quelques nouveaux chroniqueurs, il n'y a pas de gros changements cette saison. Par contre, on parlera plus d'actualité avec Elise Chassaing et Elsa Grangier. On décryptera les événements marquants.

Justement, vous avez choisi d'aborder le thème des réfugiés dans l'émission de mercredi. C'était important ?
Oui, car on ne pouvait pas passer à côté de ça. Mais nous allons traiter le sujet à hauteur d'enfant, c'est un peu différent de ce que font les journaux, ça donne un peu plus d'humanité. Ça va être une émission très forte. Nous allons notamment recevoir en plateau Petar, arrivé de Yougoslavie en 1991 et Van Anh, 38 ans, qui a quitté le Viêt Nam en 1983 avec un des derniers avions de la Croix-Rouge. Tous les deux ont quitté des pays à feu et à sang et ils nous racontent comment ils ont vécu cela enfant : le voyage, la peur, puis l'intégration en France. C'est la première fois de ma vie que je fais une interview au cours de laquelle j'ai envie de pleurer toutes les 5 minutes. Mais c'est une émission dont je suis très fière car on va montrer à tous ceux qui disent qu'il faut laisser les réfugiés chez eux, que ces gens-là ne viennent pas en France juste pour nous piquer nos allocs. Ils quittent leur pays pour sauver leurs enfants et ils peuvent très bien s'intégrer si on le veut bien.

Comment définiriez-vous le style Bonnec ?
Je suis quelqu'un de joyeux et j'aime faire briller les gens. Mes patrons m'ont demandé d'être à l'antenne comme je suis dans la vie : franche et naturelle. Peut-être que ce n'est pas si commun que ça à la télé ! J'essaie toujours d'être bienveillante et d'apporter de la joie. Comme à RTL, j'essaie de ne jamais manier la langue de bois et d'être spontanée. Si je ne comprends pas quelque chose, je n'ai pas peur de le dire.

A LIRE AUSSI >> Julia Vignali : "Les smartphones sont devenus les doudous modernes"

Vous présentez également "La curiosité est un vilain défaut", tous les soirs avec Thomas Hugues sur RTL. Comment conciliez-vous vos deux jobs et la vie de famille ?
Je ne sais pas ! Disons que je suis hyper organisée et je prends beaucoup sur moi car physiquement et émotionnellement j'avoue que c'est très dur. Etre loin de ma fille c'est difficile, mais je me console en me disant que c'est le lot de tous les parents, pas seulement des animateurs. C'est difficile aussi parce qu'il y a beaucoup de contenus et comme je suis une bûcheuse, je travaille beaucoup.

Votre fille Bonnie-Rose a 13 mois. Quel genre de maman êtes-vous ?
Je suis une maman très zen. Ma fille m'a recentrée, je suis plus dans la douceur et la bienveillance à présent. Je pense qu'elle ne se rend pas compte que je bosse autant. Quand je suis avec elle, je coupe le portable, je mets mes baskets et on va se balader. J'ai de la chance car je rêvais d'avoir un enfant joyeux et bien dans sa peau, et ma fille se marre tout le temps.

Avez-vous envie d’agrandir la famille ?
Oui, tout à fait. Je ne sais pas quand, mais je voudrai un deuxième enfant. Travailler aux "Maternelles", ça donne envie de faire des bébés !

"Les Maternelles", du lundi au vendredi à 8 h 55 sur France 5.
"La curiosité est un vilain défaut", du lundi au jeudi de 20 heures à 22 heures, sur RTL.

 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : le procureur détaille les "incohérences" de la version du mari

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.