The Voice 7 : on s’est incrusté aux dernières répétitions avant le deuxième prime

DirectLCI
AVANT-PREMIÈRE – Ils sont encore douze en lice. Chacun avec leur univers. Et leur façon d’appréhender la pression. LCI s’est glissé dans les coulisses du studio 217 à la veille d’une nouvelle soirée en direct qui verra partir quatre nouveaux talents ce samedi.

"Attention à la fin, reste bien au centre." Pascal Obispo a quitté son fauteuil pour suivre, debout, la prestation de ses protégés. A la veille du deuxième prime en direct de la saison 7 de "The Voice", le coach a investi le plateau et multiplie les conseils. Même les plus inattendus. "C’est la première fois qu’il me parle de ma tenue. Tout est important, ça reste une émission de télévision. Il a envie de quelque chose de plus festif car c’est une chanson tellement joyeuse", explique Betty Patural qui nous rejoint dans les gradins du studio 217. Avec ses baskets à paillettes argentées et son bombers assorti, elle vient de donner le coup d’envoi des répétitions du jour. Entourée de danseurs, s’il vous plaît.

"Hier (jeudi), je l’ai faite quatre fois. J’ai découvert l’arrangement, la scénographie. Ça nous permet de prendre le plateau en main" dit-elle. A commencer par le placement des caméras, que Pascal Obispo leur rappelle chaque semaine de "ne pas négliger". "C’est une chose à laquelle on ne pense pas. Il y a le public ici mais également des millions de téléspectateurs chez eux", poursuit-elle. De quoi faire grimper un peu plus la pression par rapport à la semaine précédente ? "Elle est toujours là mais elle est meilleure, je me sens mieux", assure Betty Patural avant de filer s’installer à droite de la scène, tout près des musiciens.

En vidéo

Coaching : Betty Patural promet du funk samedi soir

Sur scène, les techniciens s’agitent sous les ordres du scénographe Stéphane Jarny et de son micro accroché à l’oreille pour permettre à Ecco de prendre de la hauteur. Littéralement. Elle a choisi de reprendre "le premier morceau qu’elle ait chanté en public" pour "faire de l’émotion". "C’est un grand classique mais il y a toujours plein de façons de la chanter", assure-t-elle. Son coach va rapidement lui donner raison. Elle démarre a cappella puis est accompagnée de guitares. Mais, "pas sûr de ça", Pascal Obispo demande à essayer une version "piano-voix". Il fait tomber sa veste, mime le mouvement des doigts sur les touches blanches et noires, comme emporté par l’interprétation de son talent, et annonce son verdict. "Superbe".

Comme un ouragan, Xam Hurricane balaie tout

Du haut de ses 17 ans, Ecco apporte elle aussi quelques modifications. Avec un vocabulaire que seuls les musiciens peuvent comprendre. L’adolescente est satisfaite mais glisse que la pression est "encore plus forte car on est de moins en moins". "On ne peut pas faire de pronostics, on a tous un univers différent, ça nous dépasse." Et d'ajouter, en parlant de Xam Hurricane qui prend sa place sur le plateau : "Là, ça va être aux antipodes de ce que j’ai fait." Comme un ouragan, ce dernier balaie tout. Même suspendu à une cage. Même avec un petit oubli de parole vite dédramatisé - "t’inquiète, ce n’est pas grave" - par Pascal Obispo. 

Là, on fait en trois jours ce que je fais en un mois dans ma vie habituellementXam Hurricane

"Je ne m’attendais pas à avoir ce bug, c’est à cause de tout ce que j’ai à faire", regrette le performeur. Il saute, grimpe, re-saute tout en chantant juste. Comme s'il avait fait ça toute sa vie, quatre heures seulement après avoir pris connaissance de la mise en scène. "Là, on fait en trois jours ce que je fais en un mois dans ma vie habituellement", souligne-t-il, heureux d'avoir "progressé dans le chant" et d'avoir "appris à protéger sa voix".


Chemise sans manche ouverte sur son torse nu, Xam Hurricane prend le pari de "revenir dans le show et de voir si le public suit" avec un titre "rock, chanson française et show". Un morceau culte qu’il "écoutait en boucle avec ses parents dans la voiture". "Même si je sors là-dessus, c’est bon", estime-t-il. Il ajoutera une touche de maquillage pour le direct samedi. Encore un conseil de Pascal Obispo. "Après le premier prime, c’était un bordel émotionnel. Là, j’étais bien, pas stressé jusqu’à ce que je me plante. Je sais ce qui va se passer d’ici le prime. Je suis comme ça, je vais avoir la chanson qui tourne en boucle dans la tête", avance-t-il. 

À l'inverse, lui aborde ce second prime "le plus légèrement possible afin d’avoir plus de poids émotionnel". Vous n'avez pas tout compris ? Nous non plus. Mais c'est aussi ce qui fait le charme du déjanté Frédéric Longbois qui commence par nous dire qu'il va chanter "Ce matin, un lapin a tué un chasseur" avant de se raviser. Il opte pour une chanson plus classique du répertoire français. Décroche les applaudissements de son coach, Mika. Et nous file des frissons. Avant lui, Casanova et surtout Guillaume ont fait swinguer l'interprète de "Relax". Un décor qu'on monte et qu'on démonte, des danseurs qu'on rappelle sur scène, les talents se succèdent dans la scène, entre collégiale et titres individuels. Un nouveau round de répétitions aura lieu à quelques heures du grand direct samedi. Après, il sera trop tard pour quatre d'entre eux. Alors autant en profiter à fond.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter