"The Walking Dead" saison 7, épisode 2 : la comédie après l'effroi

TÉLÉ

RECAP - Une semaine après la diffusion du premier épisode de la saison 7 de "The Walking Dead" qui a fait polémique, AMC proposait "The Well", ce dimanche 30 octobre - ce soir en US+24 sur OCS. Carol et Morgan partent à la découverte du Royaume, et de son leader : Ezekiel.

Oubliez l'horreur, The Walking Dead devient une comédie cette semaine. En quelque sorte. Après le massacre de Negan, qui a tant fait parler, la série diffusée sur AMC aux Etats-Unis, et OCS en France, s'essaye à un autre genre avec "The Well" et nous emmène, avec Carol et Morgan, dans un nouveau havre de paix : Le Royaume. Blessée, le personnage incarné par Melissa McBride est escortée par des membres de cette communauté, et se repose plusieurs jours, avant que Morgan ne lui fasse une visite guidée des lieux, entre jeunes élèves qui suivent attentivement un cours, et des survivants qui cultivent la terre.

Morgan lui présente alors Ezekiel (Khary Payton), leader de ce Royaume, à la philosophie très différente de ceux et celles qu'ils ont rencontré jusqu'à présent, et propriétaire d'un... Tigre, nommé Shiva. Cette première rencontre entre ce dernier et Carol est l'occasion pour The Walking Dead d'amener un peu d'humour après le trauma de la semaine dernière, comme avait pu le faire "The Next World", l'épisode 10 de la saison 6, avec l'arrivée de Jesus (Tom Payne). "The Well" est presque apaisant, et nous emporte dans un paradis au milieu d'un monde dévasté et dangereux : une bouffée d'air frais bienvenue. 

Un moment drôle et apaisant

L'introduction d'Ezekiel est très bonne, et sa relation - naissante - avec Carol est intéressante. Elle tend à équilibrer l'état d'esprit de cette dernière, entre sa culpabilité toujours grandissante, et le pacifisme du leader. Si elle n'est pas totalement convaincue, elle décide de quitter le Royaume, pour s'installer dans une maison à proximité. Une décision qui symbolise un schéma dans lequel la série s'enlise depuis bien trop longtemps. Le groupe voyage, trouve un lieu qu'il pense sûr, doit repartir sur les routes après un affrontement contre d'autres humains, retrouve un lieu de paix qui n'en est pas vraiment un et repart sur les routes. Et ainsi de suite.

The Walking Dead doit essayer de sortir de ce pattern, et le personnage de Carol illustre ce conflit, en quittant le Royaume, sans pour autant véritablement s'éloigner. Peut-être parce que cette nouvelle communauté vaut le coup de s'y intéresser, malgré l'excentricité d'Ezekiel, et ses méthodes éculées. Et c'est peut-être ça qui en fait un personnage intéressant et un allié salutaire. Sa communauté est aussi sous le joug des Sauveurs, et sa méthode pour traiter avec les hommes de Negan - un nom que nous n'entendons pas du tout de l'épisode - apporte une vision différente, celle d'un peuple qui abhorre la violence.

Et contrairement aux habitants d'Alexandria, ils ne ferment pas les yeux sur ce qu'il se passe à l'extérieur, ils connaissent les menaces, mais préfèrent vivre dans "un conte de fée", comme l'explique Ezekiel à Carol. "The Well" désamorce complètement l'horreur du premier épisode, et nous offre 40 minute apaisante, dans un lieu où il fait bon rester... Pour de bon ?

Lire aussi

    Et aussi

    Lire et commenter