"This is us" : pourquoi la nouvelle série de Canal + fait-elle déjà craquer tout le monde ?

DirectLCI
PÉPITE – Les Pearson débarquent sur Canal +. La chaîne cryptée diffuse ce jeudi 6 avril la première saison de "This is us", la série à succès de NBC. Alors que la fiction s'est achevée sur la chaîne américaine le 14 mars dernier, c'est l'occasion de (re)découvrir la série dont tout le monde parle.

Vous n'avez pas encore succombé à This is us ? Il est grand temps de vous y mettre. Alors que Canal+ séries vient d'achever la diffusion de la fiction à succès de la NBC, Canal+ prend le relais ce 6 avril à 21 heures pour les retardataires. Mélodrame familial sur trois générations, This is us est une série qui, étonnamment, met tout le monde d'accord. La preuve : alors que la fiction a failli ne jamais voir le jour, NBC a commandé pas une mais deux saisons supplémentaires alors que la première n'était pas encore terminée. Mais pourquoi This is us rend-il tout le monde accro ? LCI vous explique pourquoi.

Parce que c'est un sujet classique, mais bien raconté

Lancée le 20 septembre dernier sur la chaîne NBC et présentée au départ comme l'histoire d'une famille dont quatre des membres sont nés le même jour, This is us est en réalité une saga familiale qui s'étale sur trois générations, des années 1970 à nos jours. On y suit l'histoire de Jack et de sa femme Rebecca qui s'apprête à donner naissance à des triplés. Mais le jour de l'accouchement, la jeune maman perd un de ses petits. Contre toute attente, Jack décide d'adopter un petit garçon abandonné, né le même jour que ses jumeaux Kate et Kevin. Abordant des thèmes casse-gueule (adoption, perte d'un enfant, racisme, obésité, maladie…), This is us parvient à nous toucher sans jamais en faire des caisses. Un tour de force. 

Parce que la mise en scène est virtuose

Si au premier abord, le sujet peut sembler bateau (on ne compte plus les séries sur la famille), à l'écran la magie opère dès le premier épisode qui mêle avec virtuosité passé et présent sans que le spectateur ne s'en rende compte. Parvenant à exploiter cette double temporalité sans jamais nous lasser, This is us décortique de façon intéressante les liens qui unissent les membres d'une même famille. Dan Fogelman, le créateur de la série prouve qu'avec un peu d'inspiration et d'originalité, on peut faire des miracles.

Parce que les personnages sont cabossés mais attachants

Fini les super héros auxquels on ne peut jamais s'identifier. Depuis quelques années, le public est friand de personnages imparfaits et bourrés de défauts. C'est le cas des héros de This is us à commencer par Jack et Rebecca, des parents idéaux à première vue, mais dont les failles vont se révéler au fur et à mesure des 18 épisodes. Quant aux trois enfants de la fratrie, ce n'est pas mieux : Kate est obèse et dépressive ; Kevin, son frère jumeau, est un comédien de sitcom pas vraiment futé ; et Randall, leur frère adoptif, voit sa vie basculer quand il retrouve la trace de son père biologique. 

Parce que le casting est inattendu

On ne misait pas grand-chose sur le casting de This is us composé en grande partie de comédiens quasiment inconnus. C’était une terrible erreur.  Aux côtés de Milo Ventimiglia (Heroes) qui n'a jamais été aussi bon et de la chanteuse Mandy Moore (Le temps d'un automne, Raiponce) qui illumine la série, on retrouve une brochette de comédiens attachants et talentueux. Sterling K. Brown (Randall), Chrissy Metz (Kate), Justin Hartley (Kevin) et Ron Cephas Jones (William, le père biologique de Randall) donnent vie à des personnages qui devraient marquer durablement leur carrière. 

Parce qu'on pleure et que ça fait du bien

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, This is us est une série dramatique qui donne la pêche. Bien qu'elle nous confronte à une réalité douloureuse et sombre, on ressort de chaque épisode les yeux rougis mais gonflé à bloc. Jamais mièvre, la fiction flirte habilement avec le mélo sans tomber dans l'excès de guimauve. Elle parvient à véhiculer message d'espoir et de tolérance à la fin de chaque épisode pour nous prouver que malgré tout, la vie est belle.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter