"Touche pas à mon poste" : après les différentes polémiques, C8 risque une amende de 320 millions

TÉLÉ

SANCTION - "Touche pas à mon poste" et Cyril Hanouna sont peut-être en vacances pour les fêtes de fin d'année, mais le CSA, lui, ne se repose pas. Selon les informations du "Figaro", une nouvelle procédure vient d'être engagée, et C8 risque une sanction pouvant aller jusqu'à 320 millions d'euros.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel ne lâchera pas "Touche pas à mon poste" et Cyril Hanouna. Après de nombreux signalement de la part d'internautes et de téléspectateurs depuis la rentrée de septembre, l'émission phare de C8 est dans l'oeil du cyclone. L'animateur et ses chroniqueurs ont enchaîné les polémiques, de l'humiliation à l'agression sexuelle, en passant par les propos sexistes et homophobes. Selon les informations de nos confrères du Figaro, une nouvelle procédure de sanction vient d'être lancée contre la chaîne.

Le motif : "l'émission véhicule des préjugés sexistes et présentait une image dégradante de la femme", indique le site. Lors des "35h de Baba" le 13 octobre dernier, Jean-Michel Maire avait embrassé, en direct, la poitrine d'une jeune femme sans son consentement, amenant de nombreuses personnes à vivement réagir. Une agression sexuelle suivie d'un premier avertissement du CSA. De quoi calmer les ardeurs de l'équipe de "Touche pas à mon poste" ? Non. Récemment, Cyril Hanouna demandait à Capucine Anav de fermer les yeux et deviner une partie de son corps au toucher : évidemment, il a emmené sa main vers son sexe.

Plusieurs sanctions possibles

Deux tristes événements qui permettent à l'émission de battre un record tout aussi triste : "L'affaire déclenche 1379 plaintes auprès du CSA en plus des 2700 concernant l'épisode du baiser déplacé. Conséquence directe de la multiplication des débordements: 6711 signalements visant "Touche pas à mon poste" ont été recensés en 2016. Un record qui vaut au divertissement phare de C8 d'arriver en tête du classement des émissions ayant suscité le plus de plaintes auprès du régulateur..." assure Le Figaro.

Selon nos confrères, plusieurs possibilités s'offrent au CSA : Cyril Hanouna peut lire un message à l'antenne, comme ce fut le cas pour Claire Chazal en 2010, nous rappelle le site, infliger une amende qui peut atteindre les 3% du chiffre d'affaires de Vivendi, soit 320 millions d'euros, une suppression de l'émission ou encore un contrôle plus rigoureux avec un logo "interdit aux moins de 12 ans", ce qui obligerait la chaîne à diffuser "Touche pas à mon poste" plus tard. La sanction sera connue dans les semaines ou les mois à venir.

Lire aussi

Lire et commenter