"TPMP" : "Ça fait 7 ans que l'émission existe et il y a eu seulement trois dérapages signalés au CSA", assure Cyril Hanouna

TÉLÉ

RÉPONSE - Après le passage du président du CSA sur Europe 1, Cyril Hanouna s'est penché, avec son équipe, sur les possibles sanctions infligées à "Touche pas à mon Poste" après les nombreux signalements.

Olivier Schrameck, le président du CSA, était sur Europe 1 ce mardi matin pour revenir sur les nombreux signalements dont a fait l'objet "Touche pas à mon Poste", évoquant des sanctions après plusieurs avertissements. Cyril Hanouna a tenu, avec ses chroniqueurs, à lui répondre dans son émission, expliquant notamment qu'ils ne font pas exprès de créer des polémiques pour embêter le CSA :"On me demande toujours si on fait exprès de titiller le CSA, sachez qu'on fait des émissions en direct, on essaye de s'amuser tous les jours, de divertir les gens. Il y a des millions de téléspectateurs qui nous suivent tous les jours", explique-t-il.

Et d'ajouter : "Alors il peut y avoir des dérapages, c'est sûr, mais on est vraiment dans le divertissement. Et on ne fait pas que des mauvaises choses dans 'Touche pas à mon Poste'. Il y a très peu de dérapages, ça fait 7 ans que l'émission existe et il y en a eu seulement trois signalés au CSA. Par contre, on essaye de faire beaucoup de choses pour les gens, de leur apporter du bonheur. Merci à tous ceux qui nous soutiennent sur Twitter. On fait l'émission pour vous avant tout, pas pour les journalistes".

Lire aussi

    Est-ce bien grave si "Touche pas à mon poste" dérape, puisqu'elle apporte aussi du bonheur ? La ligne de défense reste maladroite. Pour Valérie Benhaïm, c'est "méconnaître la fabrication d'une émission de télé" que de penser que l'animateur et ses chroniqueurs provoquent le CSA :  "Quand on y réfléchit, on se demande juste ce qui pourrait plaire aux téléspectateurs et non pas ce qui va déplaire au CSA".

    Avec son exagération habituelle, Gilles Verdez évoque les possibles sanctions et notamment une suspension de l'émission : "Moi ce qui m'ennuie beaucoup c'est que le président du CSA parle sanctions. Et par exemple,  une suspension de l'émission d'un mois ou plus ! Mais ça c'est impossible parce que sinon la France descend dans la rue. Ou on parle de signalétique de -12, ce qui voudrait dire une diffusion après 22h et ça c'est de la censure pure et simple".

    Calmer le jeu

    Mais pour apaiser les choses, et permettre à tout le monde de se comprendre, Julien Courbet et Cyril Hanouna proposent une réunion avec le CSA pour savoir ce qu'il y a à faire et à ne plus faire, "et on affinera, sans perdre ce qui fait l'essence de cette émission, c'est-à-dire le divertissement", assure l'animateur. Histoire de laisser Matthieu Delormeau souffler un peu ? Le chroniqueur est au coeur des polémiques dans le rôle de la victime, mais confie que ce ne sont pas les dérapages qui le blessent, mais bien tout ce qui peut se dire ou s'écrire dessus.

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Lire et commenter