Canular homophobe chez Hanouna : "Aucun dérapage ne doit passer" estime Françoise Nyssen, ministre de la Culture

Canular homophobe chez Hanouna : "Aucun dérapage ne doit passer" estime Françoise Nyssen, ministre de la Culture

RÉACTION - La ministre de la Culture François Nyssen a finalement réagi ce mercredi au canular homophobe montré la semaine dernière dans l'émission "Touche pas à mon poste". Elle affirme qu'aucun "dérapage (...) ne doit passer, qu'il s'agisse de la télévision ou d'Internet".

Sa réaction était attendue. Ce mercredi 24 mai, la nouvelle ministre de la Culture Françoise Nyssen a condamné, auprès de l'AFP, le canular homophobe intervenu jeudi dernier dans l'émission de Cyril Hanouna "Touche pas à mon poste" et  à l'origine d'une intense polémique.

"Aucun dérapage, qu'il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer, qu'il s'agisse de la télévision ou d'Internet" a-t-elle affirmé. "La télévision se doit de refléter la société française dans toute sa diversité, qu'il s'agisse des origines, des sexes et de l'orientation sexuelle notamment." Elle a poursuivi : "Les associations, les téléspectateurs mais aussi la Dilcrah (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) ont fortement réagi et à juste titre."

Lire aussi

Première réaction gouvernementale

Pour l'heure, Françoise Nyssen est la première personnalité gouvernementale à avoir réagi à la polémique. 

Lire aussi

En attendant, le CSA comptabilise plus de 25.000 signalements et, sur pression des réseaux sociaux, ce sont plus d'une trentaine d'annonceurs qui ont lâché le créneau horaire du roi du Paf, sur C8. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.