"TPMP" : l'association des journalistes LGBT dénonce l'homophobie de l'émission de Cyril Hanouna

"TPMP" : l'association des journalistes LGBT dénonce l'homophobie de l'émission de Cyril Hanouna
TÉLÉ

ENQUÊTE - Pendant un mois, du 2 au 30 novembre 2016, l'association des journalistes LGBT s'est installé devant "Touche pas à mon poste" dans le but de révéler les valeurs douteuses de l'émission de Cyril Hanouna : homophobie, sexisme, racisme...

"Touche pas à mon poste" va définitivement trop loin en cette fin d'année 2016 et les signalements au CSA s'accumulent depuis la rentrée. Agression sexuelle, humiliation, insultes, moqueries, sexisme et homophobie : dérapages ? Quand c'est fait de façon répétée, non, on ne peut plus utiliser ce mot. L'association des journalistes LGBT s'est penchée sur son cas, et a décidé d'analyser les comportements et propos dans l'émission durant tout le mois de novembre. Du 2 au 30, plus précisément.

C'est sur le site de l'association qu'un texte a été publié sur cette enquête, annonçant la couleur dès la première phrase : "Cyril Hanouna est un obsédé de l’homosexualité". Il a été constaté que le sujet a été abordé 42 fois par les chroniqueurs et l'animateur pendant ce mois de novembre. L'AJLGBT indique que "Sur les 42 mentions faites à l’homosexualité, la grande majorité (28) l’est sous couvert de la "blague" de mauvais goût, à caractère sexuel".

L'animateur tient parfois des remarques clairement homophobes- AJLGBT

Le texte donne notamment quelques exemples de "blagues graveleuses,  réduisant le chroniqueur à sa seule sexualité" : Le 21 novembre dernier, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs débattent sur la nouvelle saison de Koh-Lanta, et la fameuse épreuve des poteaux, et évidemment, Jean-Michel Maire est dans le coup :  Alors que Matthieu Delormeau explique que "Ça n’a aucun intérêt. Ça vous dit de rester 30 minutes devant deux personnes debout sur un poteau ?" Jean-Michel Maire réplique : "Bah, tu restes bien deux heures sur une teub, toi !". Classe.

L'AJLGBT indique également que l'animateur tient "parfois des remarques clairement homophobes, et donne l'exemple du 29 novembre : "Alors le problème avec moi, c’est que je suis un petit peu nerveux. Si tu commences à me toucher, on peut assister à un homicide". Avant de mentionner un grave problème, qui peut facilement être copié par les plus jeunes : "Touche pas à mon poste donne à voir des comportements de harceleurs de cour de récré, qui peuvent avoir des conséquences dévastatrices. En France, les associations de défense des droits LGBT estiment qu’un ado gay a quatre fois plus de risques de se suicider qu’un jeune hétéro".

Et de conclure : "Ce sexisme et cette homophobie ordinaire, l’émission Touche pas à mon poste n’est pas la seule à la véhiculer dans le monde des médias. Mais par son audience (importante) et son public (jeune), elle a une responsabilité particulière dans les imaginaires qu’elle offre, qu’elle le veuille ou non".

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent