Une équipe du "Petit Journal" arrêtée au Maroc puis expulsée du pays

TÉLÉ

MESAVENTURE - Une équipe du "Petit Journal" de C+ a été arrêtée et expulsée du pays, ce week-end, rapportent plusieurs médias marocains. Les journalistes tournaient un sujet sur l'affaire d'un jeune homme, homosexuel et agressé en mars dernier.

Il ne fait pas bon être journaliste et enquêter sur une agression homophobe au Maroc. Le journaliste Martin Weill (selon Telquel ) et son cadreur sont arrivés dimanche au Maroc et ont été interpellés avant d'être expulsés manu militari par les autorités marocaines. 

Selon le site en ligne Qushq, l'équipe de l'émission "Le Petit Journal" était arrivée ce dimanche 3 avril dans la ville de Beni Mellal, où s'est tenu lundi le procès d'un homosexuel et de ses agresseurs. 

"Dénoncés par des habitants du quartier qui soutiennent les agresseurs"

Selon l'AFP, l'équipe de Canal+ a été arrêtée alors qu'elle commençait à filmer des séquences sur le quartier où réside l'homosexuel, qui avait été agressé en mars dernier avec un autre homosexuel dans un appartement. Selon Média 24 , l'équipe n'avait pas l'autorisation nécessaire pour filmer. 

D'après la société de production, le journaliste et son cadreur préparaient un sujet sur les droits des homosexuels et avaient tourné à Rabat et Casablanca. S'ils ont pu faire des images dans ces deux villes, à Beni Mellal, ils ont été "dénoncés par des habitants du quartier qui soutiennent les agresseurs". 

A LIRE AUSSI >>  Maroc : victime d'une agression homophobe, il est condamné à de la prison ferme

Après avoir passé une douzaine d'heures à la préfecture de Beni Mellal, ils ont été confiés à la police aéroportuaire de Casablanca où ils ont passé la nuit sous surveillance avant d'être expulsés et mis dans un avion pour Paris, ce lundi matin. Dans un communiqué, Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé l'arrestation et l'expulsion des deux journalistes, estimant qu'ils faisaient "simplement leur travail".

"Les expulsions de journalistes étrangers par les autorités marocaines sont de plus en plus fréquentes et sont extrêmement inquiétantes pour l’avenir de la liberté de l’information dans le pays", a ajouté la responsable de RSF pour l'Afrique du nord, Yasmine Kacha. Le sujet des deux journalistes sera diffusé ce soir, dans Le "Petit Journal".

Lire et commenter