UZZ

UZZ

DirectLCI
BAD BUZZ - Vincent Bolloré a pris sa décision : les Guignols de l'info ne devraient pas rempiler pour une prochaine saison. Cette sentence sera annoncée aux actionnaires le 3 juillet prochain mais à quelques jours de l'annonce officielle, un vent de soutien aux auteurs et à l'émission s'empare de la toile.

Une décision qui passe mal. "À deux ans de la présidentielle, Vincent Bolloré va faire le grand ménage", révèle à metronews une source proche des auteurs des Guignols de l'Info. Ce "grand ménage" passe par la suppression du programme culte de Canal + qui devrait être annoncée le 3 juillet prochain aux actionnaires par Vincent Bolloré en personne. 

À LIRE AUSSI >> Les Guignols de l'Info, c'est vraiment terminé !

À quelques jours de cette sentence, un vent de soutien à l'émission et aux auteurs s'est emparé des réseaux sociaux. Sur Twitter et Facebook, de nombreux messages de soutien à l'émission affluent et chacun tient à montrer son attachement au programme.

Twitter, Facebook, une pétition ... la toile est vent debout contre cette décision ! 

Sur Twitter, le hashtag #touchepasauxguignols est entré directement dans le top des sujets les plus discutés en France. 

Plusieurs personnalités de la télévision ont tenu à apporter leur soutien ou montrer leur mécontentement après la publication de l'information. Michael Youn souhaite "montrer à Vincent Bolloré" qu'il tient aux Guignols, tout comme Valérie Damidot. 

Pascale Clark, journalite à France Inter, pense que c'est une mauvaise blague. 

Pour d'autres, Alain de Greef figure emblématique de la chaine, disparu lundi 29 juillet, est mort une deuxième fois. 

Pierre Lescure, président du Festival de Cannes et ancien PDG de la chaine semble, lui aussi, touché par cette annonce, comme en témoigne son fil Twitter. 

Une pétition a même été mise en ligne, afin de que l'émission ne soit pas supprimée. 

Pour lire la pétition, ici !

Sur Facebook, une page a été créée "Pour que les guignols ne soient pas supprimés".

Rarement une émission n'aura reçu autant de soutien, pourtant, quelques signes avant-coureurs avaient été émis par Vincent Bolloré, il y a quelques mois. "Je préfère quand ils sont plus dans la découverte que dans la dérision. Parce que parfois, c'est un peu blessant ou désagréable. Se moquer de soi-même c'est bien. Se moquer des autres, c'est moins bien", avait-il averti sur l'antenne de France Inter. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter