Vexé, Jules-Edouard Moustic ("Groland") quitte le studio de France Inter

Vexé, Jules-Edouard Moustic ("Groland") quitte le studio de France Inter

TÉLÉ
DirectLCI
MAUVAIS JOUEUR – Le présentateur de l'émission satirique de Canal +, "Groland", a du mal à accepter la critique. Invité de "L'instant M" avec son acolyte Benoît Delepine pour faire la promotion du film "Groland – Le Gros Métrage", il a préféré quitter le plateau face aux commentaires un peu négatifs de la journaliste Sonia Devillers.

Ce jeudi 17 décembre au matin, Jules-Edouard Moustic et le comédien Benoît Delepine (qui campe le personnage de Michael Kael) étaient invités dans l'émission média de France Inter pour parler de leur premier long-métrage, "Groland – Le Gros Métrage", qui sera diffusé sur Canal + le 19 décembre prochain, à 20 h 55.

Dès le lancement de l'émission, la présentatrice Sonia Devillers a commencé fort, voire un peu trop fort au goût de Jules-Edouard Moustic. Elle a qualifié le film de "bon gros machin qui dure, qui dure" et ajoutant que c'était "un peu mou, un peu foiré mais (...) quand même très barré". Ni une, ni deux, Moustic prend la mouche.

"On n'a pas les mêmes goûts, je me barre"

Il interrompt la présentatrice sans lui laisser le temps d'étayer son propos en disant : "Fallait pas nous inviter, moi je ne vais pas dans un restaurant pour dire que c'est à chier. (…) Je trouve le film très, très bien, on n'a pas les mêmes goûts, je me barre".

Et effectivement, il a tenu parole puisqu'il est parti du plateau immédiatement, laissant son Benoît Delepine en studio face à une journaliste quelque peu déconcertée. "Ce n'est pas une blague, Jules-Edouard Moustic est parti, parce qu'il n'aime pas la critique. Vous restez Benoît Delepine ?", demande-t-elle au rescapé de l'interview. Ce dernier tente alors de défendre son ami. "Ce n'est pas parce qu'il n'aime pas la critique, c'est parce que c'est vrai que c'est notre bon gros bébé, ça fait 15 ans qu'on le porte, donc c'est toujours bizarre quand le bébé sort de la maman, tout à coup on dit 'Oh il est moche'", dit-il.

Quelques minutes plus tard, Jules-Edouard Moustic entre de nouveau dans le studio afin de terminer l'interview, comme si de rien était. Finalement tout est bien qui finit bien.

A LIRE AUSSI >> "Les Guignols", nouvelle version : c'était mieux avant !

Sur le même sujet

Lire et commenter