VIDEO - 3 bonnes raisons de regarder "Le Maestro, pour que vive la musique des camps" ce soir sur France 2

VIDEO - 3 bonnes raisons de regarder "Le Maestro, pour que vive la musique des camps" ce soir sur France 2

EVENEMENT - Parce qu’il y a toujours quelque chose à regarder à la télévision, "La Médiasphère" a sélectionné pour vous le programme du jour. Aujourd'hui, "Le Maestro, pour que vive la musique des camps", ce soir à 22h50 sur France 2.

C'est un documentaire aussi original que bouleversant que propose ce soir France 2 dans la case Infrarouge. "La Maestro, pour que vive la musique des camps" dresse le  portrait de Francesco Lotoro, un pianiste italien qui consacre sa vie à retrouver - et interpréter - les partitions des musiciens morts dans les camps de concentration durant la Seconde guerre mondiale.

Toute l'info sur

La Médiasphère

  • 1Parce que c’est un pan méconnu de la Seconde guerre mondiale

    Ce n’est pas le premier documentaire sur la période. Mais c’est sans doute l’un des plus originaux. Diffusé ce soir sur France 2, Le Maestro, pour que vive la musique des camps, vient nous rappeler combien d’artistes, et de musiciens en particulier, ont été déportés durant la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’au bout, certains ont composé. Et leurs partitions n’ont pas toutes disparu…
  • 2Parce que c’est le portrait d’un musicien pas comme les autres

    Le Maestro, c’est Francesco Lotoro, un pianiste originaire de Barletta, une petite ville au Sud de l’Italie. Converti au judaïsme à l’âge adulte, il va se passionner pour ces œuvres souvent inachevées. En 30 ans, il a réuni pas moins de 10 000 partitions en parcourant l’Europe. Des symphonies, de l’opéra, des chœurs religieux et des chansons qu’il a depuis enregistré et joué sur scène à travers le monde.
  • 3Parce que c’est un admirable travail de mémoire

    Le documentaire réalisé par Alexandre Valenti raconte notamment l’histoire du camp de Terezin, où furent déportés quelques uns des plus grands compositeurs tchèques de l’époque, avant de mourir dans les chambres à gaz. En jouant leur musique, 70 ans plus tard, Francesco Lotoro sublime leur souffrance de la plus belle des manières. Et l’immortalise pour les générations futures.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal, mode d'emploi : ce que change le projet de loi adopté par le Parlement

Après "cinq ans de déclin", la France est-elle passée septième puissance économique mondiale ?

Marseille : séquestrée et violée, une adolescente de 14 ans localisée grâce à ses messageries Instagram et Snapchat

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 14 janvier

Alerte au tsunami du Japon aux États-Unis : la menace terminée mais d'importants dégâts aux Tonga

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.