VIDEO - Confondues avec l'équipe de "Quotidien", deux journalistes du "Petit Journal" malmenées lors d'un meeting de Marine Le Pen

SÉQUENCE BUZZ - La journaliste Lucie Rémy du "Petit Journal" et sa cameraman ont été chahutées au meeting de Marine Le Pen dans le Jura, vendredi dernier. La raison ? Le service d'ordre de la présidente du FN pensait avoir affaire à l'équipe de "Quotidien" de Yann Barthès.

Les journalistes de Quotidien ne sont pas les bienvenues au meeting de Marine Le Pen et c'est l'équipe du Petit Journal qui en a fait les frais. Vendredi dernier, la présidente du Front national donnait un meeting de campagne à Clairvaux-les-Lacs dans le Jura. Si Canal + était accréditée pour l'événement, ce n'était apparemment pas le cas de TMC. Lorsque la journaliste du Petit Journal, Lucie Rémy, et sa cameraman Bérénice ont tenté de pénétrer à l'intérieur, elle se sont vues refuser l'accès à travers un échange musclé avec les membres du service d'ordre de la candidate à la présidentielle, dont les images ont été diffusées dans l'émission lundi soir. 


"On est accréditées en fait", commence par expliquer Lucie Rémy. Mais l'homme ne veut rien savoir et lui intime : "Casse toi !". "Non, vous ne la tenez pas par le cou s'il vous plaît, s'exclame la journaliste, alors que l'homme en vient aux mains et attrape sa JRI. Mais attendez, ça va pas non ?!" 

"Il y a eu méprise"

Un peu plus tard, Lucie Rémy s'adresse à un autre membre de la sécurité, bien décidée à ne pas lâcher l'affaire. "En fait, on va continuer de tourner, vu comment ça s'est passé avec vos collègues." Son interlocuteur lui propose alors de rentrer. "Ah parce que maintenant on parle sur un ton calme ?, poursuit-elle. Est-il possible de parler au collègue qui a tenu ma caméraman par la gorge ?"  La réponse de l'homme ? "C'était une maladresse, avance-t-il. Il y a eu méprise entre Le Petit Journal et Quotidien apparemment". 


Visiblement, la sécurité avait pour instruction de ne pas laisser entrer l'équipe de Yann Barthès.  Les deux journalistes de Canal + ont finalement accepté d'entrer dans la bâtiment, où elles ont ensuite fait face à l'accueil très mitigé des militants, pour la plupart hostiles à leur présence.

En vidéo

Au Jura, manifestation contre la venue de Marine Le Pen

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter