VIDEO - Et si finalement le violeur de Flavie Flament était poursuivi en justice ?

TÉLÉ

Toute L'info sur

La Médiasphère

BATTANTE - Dans une interview accordée à Thomas Thouroude, dans l’émission "Actuality" sur France 2, Flavie Flament révèle avoir été contactée par d’autres victimes potentielles de son agresseur sexuel. Et travaille désormais à la création d’un collectif qui pourrait porter l’affaire devant les tribunaux.

Son témoignage poignant a bouleversé de nombreux Français. Le 16 octobre dernier, Flavie Flament se confiait au journaliste Thierry Demaizières dans "Sept à Huit", sur TF1, à l’occasion de la sortie de son livre, La Consolation. La jeune femme racontait le viol qu’elle a subi, à l’âge de 13 ans, lors de vacances familiales au Cap d’Agde.


Le coupable ? Un célèbre photographe dont elle n’a jamais cité le nom. Mais que de nombreux médias pensent avoir identifié en la personne de David Hamilton. Dans un communiqué adressé au site belge Sud-Info, ce dernier dénoncera "d’abominables diffamations" et "l’absence totale de respect de sa présomption d’innocence."

Je ne suis plus la seule à m’exprimer, je ne suis plus la seule à vivre ça de mon côtéFlavie Flament

Que ce dernier soit coupable ou non, Flavie Flament, aujourd’hui âgée de 42 ans, ne pourra jamais porter plainte. Selon la législation française, un mineur victime de viol peut en effet porter plante jusqu’à l’âge de 38 ans, soit 20 ans après sa majorité. Mais d’autres pourraient le faire à sa place. Invitée mercredi de l’émission "Actuality" sur France 2, la jeune femme a révélé que son témoignage avait trouvé de nombreux échos. 


 "Je peux vous dire aujourd’hui que je ne suis pas la seule à avoir vécu ces abus, ce viol de ce photographe", a-t-elle ainsi affirmé au présentateur Thomas Thouroude. "Je ne suis plus la seule à m’exprimer, je ne suis plus la seule à vivre ça de mon côté. On est plusieurs femmes, aujourd’hui, à nous retrouver dans la même histoire." Et celle qui anime "On est fait pour s’entendre" sur RTL de préciser qu’elle travaillait avec ses avocats à monter un collectif de victimes. 


"On est en train d’avancer enfin ensemble alors qu’on pensait toutes qu’on était en train de souffrir séparément", se réjouit Flavie Flament. Et si cette dernière ne pourra effectivement jamais déposer plainte contre son agresseur, "pour d’autres, il est possible que les faits ne soient pas prescrits." 

En vidéo

Flavie Flament et son viol oublié

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter