VIDÉO - "On n'est pas couché": Nicolas Bedos dans la peau d'un musulman de banlieue

TÉLÉ
PARODIE - Nicolas Bedos a rendu, à sa façon, un hommage à Charlie Hebdo. Samedi soir, dans "On n'est pas couché", le comédien s'est mis dans la peau d'un certain Rachid Walafi.

Nicolas Bedos a fait son grand retour dans “On n’est pas couché”. Alors que, la semaine dernière, il avait renoncé à sa chronique sur France 2 en raison des attentats perpétrés contre Charlie Hebdo , le comédien était de retour sur le plateau de Laurent Ruquier. Samedi soir, le jeune homme a ainsi fait un come-back très remarqué dans la peau d'un certain Rachid Walafi, présenté comme un musulman de banlieue.

Avec sa barbe et sa djellaba blanche, Nicolas Bedos s’est lancé dans l’arène. “Adboullah salam bonjour, le monde de la France occidentale qui a peur de moi”, a-t-il déclaré, avant d’ajouter qu’il avait été désigné par Catherine Barma (productrice d’“On n’est pas couché”) et les “hautes instances audiovisuelles de la télévision bourgeoise”' pour assurer sa chronique.

À LIRE AUSSI >> Nicolas Bedos : "Je me suis dit 'Ta gueule', je me suis levé et je suis parti"

“En tant que symbole de la minorité visible. C’est vrai que ces derniers temps on est de plus en plus visibles”, a-t-il expliqué. “Du coup, Catherine Barma a décidé qu’il fallait montrer le bon visage de l’Islam intégré, connecté Wi-Fi, tout ! Elle m’a dit : ‘Rachid, c’est important que tu expliques à la France que tous les Arabes de banlieue ne font pas obligatoirement le djihad entre la porte Maillot et Clignancourt’”, a-t-il poursuivi.

"Le plus bel hommage qu'on puisse rendre à Charlie "

Après sa chronique dans la peau de Rachid Walafi, expliquant qu’il ne devait pas y avoir d’amalgame entre les terroristes et les musulmans de France, Nicolas Bedos a finalement pris la parole en son propre nom. “Ce n’était ni plus ni moins qu’une caricature dans un pays qui pleure Cabu, Charb, Tignous, Wolinski, Honoré et d’autres. Car le plus bel hommage qu’on puisse rendre à Charlie, c’est de continuer le boulot'', a-t-il lancé.

À LIRE AUSSI >> Aymeric Caron ne reviendra pas à la rentrée prochaine

“Oui, on peut se moquer de certains connards de banlieue sans être Eric Zemmour, oui on peut critiquer la politique israélienne sans être Dieudonné. Il n’y a pas d’un côté les amalgames d’une bande de cons et, de l’autre côté, la barbarie d’une bande de dingues. Entre ces deux camps-là, il y a des millions et des millions de musulmans et de musulmanes français pacifiques, consternés et terrifiés par ce qu’il s’est passé. C’est à eux que je m’adresse”, a-t-il tenu à préciser, achevant son sketch par : “Vive la liberté, vive l’humour, vive les Juifs, vive les flics et vive les musulmans de la France libre !”

Sur le même sujet

Lire et commenter