Sexe, chantage et vidéo : la grande évasion de Yoann Barbereau depuis la Russie

DirectLCI
EVENEMENT – En fuite depuis sa condamnation par la justice russe pour des actes pédophiles qu’il a toujours niés, le Français Yoann Barbereau est rentré ce mercredi en France. Il a détaillé les conditions très risquées de son retour en France.

Comme tant d’autres avant lui, il a été la victime du "Kompromat", une célèbre pratique des services secrets russes qui consiste à créer des dossiers compromettants, montés de toutes pièces. En février 2015, Yoann Barberau, directeur de l’Alliance française à Irkoutsk, en Sibérie, est arrêté et assigné à résidence après plus de deux mois de détention. Ses photos personnelles truquées, il est accusé d’actes à caractère sexuel sur sa fille de 5 ans. Des faits qu’il a toujours niés. 


En septembre 2016, il décide de prendre la fuite, avant d’être condamné deux mois plus tard par contumace à 15 ans de réclusion dans un camp. Sous le coup d’une notice rouge d’Interpol, il risquait d’être arrêté n’importe où dans le monde au moindre contrôle d’identité. Pour cette raison, il s'est caché en Russie avant de parvenir à rejoindre la France. L'intéressé a notamment révélé qu'il s'était réfugié à l'ambassade de France à Moscou avant de quitter le pays secrètement à ses risques et périls : "J'ai risqué ma vie pour passer la frontière", indiquait-il jeudi soir sur le plateau d'Envoyé spécial. 


"Je souhaite obtenir désormais ma liberté de mouvement totale", a expliqué vendredi Yoann Barbereau qui est toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt international et d'une fiche rouge d'Interpol.  "Je veux être complètement blanchi", indique l'intéressé qui souhaite être reçu par le président Macron afin que les autorités françaises prennent une position claire sur son cas et l'indemnise pour le préjudice subi pendant ces années de calvaire en Russie. 

Ma situation aujourd'hui est que je suis un otage. C'est une forme de prise d'otage très particulièreYoann Barbereau

Yoann Barbereau avait été arrêté chez lui à Irkoutsk en février 2015 puis frappé par des hommes lui ordonnant d'avouer. "Ma situation aujourd'hui est que je suis un otage. C'est une forme de prise d'otage très particulière", explique-t-il notamment.


"Yoann a été victime d'un complot qui a été commandité. Par qui, par quoi,  je n'en sais rien", avance pour sa part sa femme, Daria Nikolenko, qui a été interrogée pendant sept heures par la police russe. "Quand je répondais la vérité, ça ne leur plaisait pas. Ils arrêtaient la caméra et ils m'ont fait comprendre que si jamais je n'allais pas dans leur sens, j'allais me retrouver en prison et Héloïse à l'orphelinat", ajoute-t-elle. 

Yoann Barbereau et ses proches critiquent aujourd'hui l'attitude des  autorités françaises. Et notamment la volonté du gouvernement de ne pas s'exprimer publiquement sur  son cas. "Puisque nous avons un nouveau président qui ne veut pas que la France se  trahisse elle-même, on peut exprimer de manière claire et publique que la prise d'otage dont je fais l'objet n'est pas acceptable", lance Yoann Barbereau, dont l’avocat a saisi la Cour européenne des droits de l'homme en septembre dernier.

Plus d'articles

Sur le même sujet