Vidéo - Sylvain Tesson évoque sur LCI "la débilité" de Donald Trump sur le réchauffement climatique

TÉLÉ
DirectLCI
INTERVIEW – A l’occasion de la sortie de son nouveau récit "Sur les chemins noirs", Sylvain Tesson était accueilli mardi 15 novembre sur LCI. L’écrivain-voyageur a évoqué les bienfaits de la marche, la disparition des paysans et le réchauffement climatique, une réalité contestée par Donald Trump.

Il revient de loin. Sylvain Tesson était invité sur LCI mardi 15 novembre à l’occasion de la sortie de son livre Sur les chemins noirs (Gallimard). Audrey Crespo-Mara en a profité pour prendre des nouvelles de la santé de l’écrivain-voyageur, victime d’un grave accident il y a  deux ans. Alors qu’il escaladait un chalet à Chamonix, Sylvain Tesson a glissé et est tombé sur le dos. Bilan : de multiples lésions aux poumons, des fractures et un traumatisme crânien. 


"Ça va beaucoup mieux, je me suis rétabli. La médecine moderne fait des prouesses, alors tout va très bien. Il fallait que je me rééduque physiquement et moralement, et il n’y a rien de mieux que la marche pour ça. Je connaissais tous les bénéfices de la marche au long cours et je me suis dit que la traversée d’un territoire que je connaissais mal, qui est la France, allait me pourvoir toutes ses vertus", a-t-il raconté. Ce sont ses pérégrinations, du Mercantour au Cotentin, qu’il raconte dans Sur les chemins noirs. Mais il y parle aussi d’un voyage intérieur. 

Les chemins d'accès à la liberté de Sylvain Tesson

"Il y a des chemins noirs qui sont ceux de l’Institut Géographique National, et puis il y a les chemins de l’existence, qui sont des chemins de la solitude, du repli, du silence, de la dissimulation, qui vous permettent de vivre très légèrement à l’écart, qui sont des voies de traverse. Ce sont des chemins d’accès à la liberté", a-t-il estimé. 


Invité à commenter l’actualité, Sylvain Tesson est revenu sur un rapport du WWF selon lequel 60 % des vertébrés ont disparu depuis 1970 sur la Terre. "Je suis très étonné. Cette information devrait nous mettre dans un état d’effroi absolu (…) On peut se dire ce n’est pas grave, on pourra faire vivre 10 milliards d’êtres humains dans des cubes de béton en mangeant de la nourriture chimique. Ce n’est pas du tout le monde auquel je rêvais. La diversité extraordinaire de cette biologie animale et florale m’émerveille et je suis consterné par cet état des lieux", a-t-il raconté. 


Alors que Donald Trump ne croit pas du tout au réchauffement climatique, qualifié plusieurs fois par le nouveau président américain de "canular" Sylvain Tesson s’est insurgé : "Nous sommes confrontés à une pression industrielle et mondiale à laquelle s’ajoute cette espèce de déni dans le meilleur des cas, et de débilité dans le pire."

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter