VIDEO – ZAPPING LCI : interrogé sur les élections, Gérard Jugnot sort sa "carte de lâche"

TÉLÉ

Toute L'info sur

La Médiasphère

24 HEURES A LA TÉLÉ – Parce qu’il se passe tous les jours quelque chose à la télé, La Médiasphère de LCI a sélectionné pour vous le meilleur du pire des dernières 24 heures. Au menu ce lundi : le plat le plus gras jamais inventé, Mika qui s'essaie aux auditions de "The Voice", Yann Moix qui "adore aller mal" ou encore Gérard Jugnot et sa "carte de lâche".

En ce premier jour de campagne officielle pour la présidentielle, le zapping de la Médiasphère n'aura jamais été aussi politique. Dans un registre toujours décalé. On commence par Gérard Jugnot qui, sur le plateau du 20H de France 2, a préféré sortir sa "carte de lâche" plutôt que sa carte d'électeur. "Il n'y a pas de photo parce que sur une carte de lâche, on ne met pas de photo. Donc je vais botter en touche", lâche-t-il à Laurent Delahousse qui lui demandait s'il avait fait son choix parmi les candidats.

Philippot secoué par les manèges de la Foire du trône

Sur France 2 toujours, Laurent Ruquier a été fier de pouvoir dire à Jean-Luc Mélenchon qu'il devait "se bouger le cul". "Je vous garantis que ce n'est pas ça que j'ai bougé", lui a répondu le candidat de la France insoumise. Florian Philippot a, lui, été secoué par les manèges de la Foire du trône, dans une séquence diffusée sur W9. Christophe Alévêque, invité de Bertrand Chameroy dans "OFNI", a, lui, affirmé que les hommes politiques n'était "pas tous pourris" mais que "globalement, une certaine odeur se dégage".

Voir aussi

Politique aussi, mais à l'international, avec l'extrait d'un clip de propagande iranien diffusé dans "Enquête exclusive" dimanche et une rencontre incongrue avec des militants anti-Trump par les équipes de "50 Minutes Inside" samedi. On finit sur une touche plus légère - qui reste tout de même sur l'estomac - avec l'audition à l'aveugle quelque peu ratée de Mika dans "The Voice" et ce sandwich qui mêle pizza, burrito, burger et pain de viande, qui a impressionné Antoine de Caunes. "Et bon appétit bien sûr", comme dirait l'autre.

Et aussi

Lire et commenter