Vu de Twitter – ''Borderline'' : il n'y a pas mieux qu'Olivier Marchal pour parler des flics

TÉLÉ
REVUE DE TWEETS – ''Borderline'', téléfilm inspiré de l'affaire Neyret, était diffusé sur France 2 mercredi soir, une fiction très sombre encensée par les Twittos.

Il n'y a pas mieux pour parler des flics qu'Olivier Marchal. Et pour cause, le réalisateur a officié pendant quatorze ans au sein de la police judiciaire et aux renseignements généraux. Borderline, son dernier téléfilm, était diffusé sur France 2 mercredi soir. Pour cette fiction, ultra sombre mais non dénuée d'humour, Oliver Marchal s'est une nouvelle fois inspiré de l'affaire Neyret. Pour rappel, l'ex numéro 2 de la PJ de Lyon a été mis en examen en 2011 pour corruption, violation du secret professionnel et détournements de biens sur fond de trafic international de stupéfiant. Le réalisateur avait déjà raconté son histoire dans son film Les Lyonnais.

Un flic aux méthodes très limites

Cette fois encore, avec Borderline, Olivier Marchal a visé juste. L'histoire de Willy Blain (incarné par Bruno Wolkowitch, excellent), un chef de la brigade de répression du banditisme aux méthodes plus que limites et qui finit au trou, a convaincu les Twittos. Et ils ne sont pas les seuls. La fiction a reçu le prix du meilleur téléfilm au dernier Festival de la Rochelle. ''Moi je ne veux pas être le mouton noir de la profession. Je ne suis pas là pour dénoncer, mais pour montrer la réalité telle qu'elle est. Si certains flics agissent comme ça, c'est parce qu'ils sont obligés de le faire'', nous avait confié, pour sa part, Olivier Marchal.

A  LIRE AUSSI >> Notre interview d'Olivier Marchal : 'Je ne suis jamais apaisé'

Lire et commenter