Vu de Twitter : "Cash investigation" a diffusé le malaise des deux côtés de l'écran

TÉLÉ

REVUE DE TWEETS – Mardi 6 octobre, "Cash investigation" sur France 2 levait le voile sur les stratégies marketing de certaines grandes marques. Elise Lucet et ses reporters ont dénoncé des pratiques à la limite de l'illégalité. Résultat : les Twittos craignent autant ses enquêtes que ses résultats.

Achetez, vous êtes fichés. Pour mieux cibler les consommateurs, les entreprises ont trouvé la solution : récupérer leurs données personnelles, quitte à violer leur intimité. Pour cela, tous les moyens sont bons : démarchage téléphonique, questionnaires en ligne, achat de données... Quitte parfois à flirter avec la légalité. La Poste, Apple sont très bien placés pour nous ficher. Mais qu'en est-il des marques prêtes à tout pour vendre, même à mettre en danger la santé des enfants ?

A LIRE AUSSI >> "Cash investigation" : quel est donc ce rapport qui agace Brice Hortefeux ?

Les Twittos ont découvert horrifiés le scandale du lait en poudre vendu en Asie par une filiale de Danone, et qui augmenteraient les risques de maladie chez le nourrisson. Certaines sages-femmes dépassent même le cadre de la déontologie en se faisant ambassadrices de la marque. Danone n'a pas dû apprécier le reportage de l'émission. Les téléspectateurs non plus, prêts à se rendre dans les supermarchés pour saccager des rayons entiers de yaourts. Changer de marque est plus pratique et plus efficace, notez.


 

Lire et commenter