Vu de Twitter - "Envoyé Spécial" : dégoût face à l'esclavage moderne et les ados fêtards

Vu de Twitter - "Envoyé Spécial" : dégoût face à l'esclavage moderne et les ados fêtards

INDIGNATION - Jeudi soir, le nouveau numéro d'"Envoyé Spécial" a enflammé la twittosphère avec deux sujets chocs : les enfants adeptes de boîtes de nuit et les ravages de l'industrie du textile au Bengladesh. Les critiques ont plu des cordes.

Une onde de colère a secoué la twittosphère jeudi soir pendant la diffusion du dernier numéro du magazine d'information Envoyé Spécial . Il faut dire que les deux sujets traités avaient de quoi irriter pour des raisons diamétralement opposées. Les téléspectateurs ont d'abord eu droit à une plongée surréaliste au cœur des boîtes de nuit réservées aux adolescents à partir de 13 ans. Et ils ont ensuite retenu leurs larmes, tant bien que mal, devant les ouvriers du textile au Bengladesh, victimes quotidiennes d'un esclavage moderne. Morceaux choisis. 

Les tweets visionnaires

Le tweet scandalisé

Le tweet factuel

Le tweet informatif

Le tweet dégoûté

Le tweet générationnel

Le tweet vestimentaire

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Quitté par son épouse Wanda, l'attaquant argentin Mauro Icardi ne s’entraîne plus avec le PSG

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.