Vu de Twitter : François Fillon, applaudi sur le plateau de "L'Émission politique", divise les twittos

Vu de Twitter : François Fillon, applaudi sur le plateau de "L'Émission politique", divise les twittos

REVUE DE TWEETS - François Fillon était le nouvel invité de "L'Émission politique" sur France 2, ce jeudi 27 octobre. Candidat à la primaire de la droite et du centre, il est revenu sur l'actualité avec David Pujadas et Léa Salamé, et si ses réponses ont plutôt divisé sur Twitter, l'homme politique a été applaudi sur le plateau.

France 2 diffusait un nouveau numéro de L'émission politique ce jeudi 27 octobre, avec toujours David Pujadas et Léa Salamé pour animer le débat. C'est François Fillon, candidat à la primaire de la droite et du centre qui est venu répondre à des questions d'actualité, politiques et sociétales. S'il ne semble pas partir favori pour remporter cette primaire, il n'a pas hésité à tacler les journalistes et les différents sondages qui donnent Nicolas Sarkozy et Alain Juppé en face-à-face. Une réflexion qui a plu au public présent sur le plateau, qui a applaudi l'homme politique.

Mais certains de ses propos ont dérangé les twittos, et notamment ceux qui impliquent son vote contre la dépénalisation de l'homosexualité en 1981, qu'il dit, encore aujourd'hui, ne pas regretter. François Fillon a beaucoup de soutiens proches de La Manif pour Tous, et s'est aussi positionné contre l'adoption pour un couple homosexuel. "Une explication plus que douteuse" partage un internaute, pendant qu'une autre se demande s'il faut vraiment être "fier" de ne pas changer d'opinion.

Lire aussi

    Les articles les plus lus

    VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

    Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

    EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

    Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

    Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

    Lire et commenter