Vu de Twitter : les classes moyennes dépriment devant "Zone Interdite" sur M6

Vu de Twitter : les classes moyennes dépriment devant "Zone Interdite" sur M6

REVUE DE TWEETS – M6 diffusait dimanche soir un numéro du magazine "Zone Interdite" consacré au grand malaise des classes moyennes. A l’arrivée une audience record pour la chaîne… et une foule de commentaires sur Twitter, entre colère et désespoir.

Trop riche pour être aidés, trop pauvres pour faire face au coût croissant de la vie : tel est le malheur des classes moyennes, ausculté dimanche soir dans "Oubliées ou sacrifiées : la révolte des classes moyennes", un numéro de "Zone Interdite" qui a beaucoup fait parler sur le net. Car pour les auteurs du reportage, ceux qui y appartiennent  gagnent entre 1 350 et 2 800 nets pour une personne seule et entre 2 800 et 6 000 pour un couple avec deux enfants. Au chômage, certains n'hésitent pas à rayer une (voire plusieurs) ligne(s) de leur CV pour retrouver du travail.

Si "Zone Interdite" est un programme souvent très commenté sur Twitter, la tonalité était beaucoup moins "légère" qu’à l’accoutumée, de nombreux téléspectateurs se retrouvant dans les galères des personnes seules et des familles filmées par les caméras de M6. 

Petit florilège des meilleurs tweets, publiés toute la soirée…

Toute l'info sur

La Médiasphère

Côté audiences, c’est ni plus ni moins le record de la saison pour le programme présenté par Ophéline Meunier, avec près de 3 millions de téléspectateurs, soit 12,5% du public. Et sans doute presque autant d'électeurs en plein doute à quelques jours du premier tour de l'élection présidentiellle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Injecter le vaccin AstraZeneca sans limite d'âge : la France ferait-elle cavalier seul dans l'UE ?

Déconfinement : la situation sanitaire est-elle vraiment pire qu'il y a un mois ?

INFO LCI - Nanterre : sa fille est harcelée sexuellement dans la rue, il tire au 9 mm

Déconfinement : voici ce que vous pourrez faire (ou non) pour les ponts du mois de mai

EN DIRECT - Les indicateurs sanitaires en voie d'amélioration, mais la pression est toujours forte à l'hôpital

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.