Vu de Twitter : loin des Régionales, "Flashdance" redonne la banane aux Twittos

Vu de Twitter : loin des Régionales, "Flashdance" redonne la banane aux Twittos

DirectLCI
REVUE DE TWEETS – Dimanche 6 décembre, Arte diffusait la comédie sentimentale la plus dansante des années 80 : "Flashdance". Tandis que la plupart des autres chaînes plombaient l'ambiance avec les élections régionales, les Twittos ont dansé devant leur télé.

Pittsburgh, 1983. Alex, soudeuse le jour, danseuse de cabaret la nuit, travaille dur pour voir un jour son nom figurer en haut de l’affiche. Elle hésite à se présenter au concours de la prestigieuse école de danse qui pourrait lancer sa carrière. Alex ne veut compter sur personne, pas même sur Nick Hurley, son patron, séduit par son charme. Enfin convoquée à une audition, elle fuit quand elle apprend qu’elle doit cette opportunité à ce dernier. Entre l'orgueil et la passion, le fer à souder et les chaussons de danse, Alex va devoir choisir. Hop, envoyez les boîtes à rythme.

Un film kitsch mais culte, culte parce que kitsch

"What a feeeeeeeeeling… In a world made of steel…" Qui n’a pas eu envie d'enfiler des guêtres en laine, et danser, et glisser sur son parquet en chantant à tue-tête ce refrain mythique des années 80 ? Flashdance fait partie de ces films transgénérationnels qui rendent nostalgiques les quadras et enchantent les plus jeunes par son esthétique rétro. Jennifer Beals était improbable mais touchante en soudeuse-danseuse, et même le côté un peu mièvre de sa love-story a réussi à égayer les Twittos en ce dimanche soir d'élections particulièrement déprimant. Encore merci, Arte !

A VOIR AUSSI >> Qu'est devenue Jennifer Beals, la star du film "Flashdance" ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter