"WorkinGirls", les héroïnes de Canal+, sèment la panique à l'hôpital : "On n'est pas malades, on rend malade !"

DirectLCI
INTERVIEWS – Les WorkinGirls font leur grand retour sur Canal+ ce lundi soir pour une quatrième saison encore plus déjantée que les précédentes. Après la vie de bureau et la prison, Claude Perron, Laurence Arné, Vanessa David, Alice Bélaïdi et Clémence Faure se retrouvent cette fois aux urgences. Et c'est jubilatoire.

Changement de décor pour les WorkinGirls. Ce soir, les héroïnes françaises les plus folles du PAF font leur grand retour pour une quatrième saison absolument jubilatoire. Et pour cause : après nous avoir entraîné dans le monde du travail et celui des prisons, les  filles débarquent cette fois à l'hôpital. Claude Perron, Laurence Arné, Vanessa David, Alice Bélaïdi et Clémence Faure ont gardé leur (sale) caractère et leur place dans la hiérarchie, mais elles ont changé de job.  Seule Blanche Gardin, trop occupée par ses autres projets, manque à l'appel. 

"Nous sommes exactement les mêmes, avec les mêmes problématiques, mais avec un métier différent. Et au lieu que ce soit dans un bureau, c'est dans un hôpital", explique Claire Péron, alias docteur Karine Brontier, la boss du service des urgences cynique et cruelle (elle a croisé les doigts le jour de son serment d’Hippocrate). "On n'est pas malades, on rend malade", s'amuse la comédienne. 

Dans cette saison, nous sommes dans un hôpital et vous pouvez vous attendre au pire !Laurence Arné, toujours aussi nympho

"La hiérarchie déjà établie dans les bureaux colle très bien à l'univers médical. On pouvait revisiter les personnages qu'on a en nous et s'amuser avec des situations super poussées", confirme Vanessa David qui retrouve Nathalie, son personnage de mère de famille qui se fait sans cesse marcher sur les pieds. Désormais infirmière, elle reste le souffre-douleur de Karine. 

Jouant sans complexe avec les codes des séries médicales à succès (Dr House ou Grey's Anatomy), les comédiennes s'en donnent à cœur joie, repoussant les limites qu'elles avaient déjà dépassées précédemment. "Dans cette saison, nous sommes dans un hôpital et vous pouvez vous attendre au pire !" s'amuse Laurence Arné, qui incarne Deborah, l'anesthésiste nymphomane et toujours aussi obsédée sexuelle. 

"On s'est bien marrés", admet Alice Belaïdi, l'ex-standardiste reconvertie en aide-soignante avec sa complice Clémence Faure. Toujours aussi glandeuses et manipulatrices, Sophie et Sophie n'hésitent pas à faire les poches des morts ou à utiliser les frigos funéraires de la morgue pour garder leurs canettes de coca bien au frais. Complètement barrées, on vous dit. 

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Médiasphère

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter