À 36 ans, Roger Federer est-il "trop vieux" pour remporter un sixième Open d'Australie ?

TENNIS

CHANCES - Après une année 2017 exceptionnelle, Roger Federer entend bien entamer l'année 2018 de la même manière et s'imposer à l'Open d'Australie. Malgré son statut de tenant du titre, le Suisse ne veut cependant pas se considérer comme favori en raison de son âge avancé. Alors, à 36 ans, "RF" peut-il conserver son bien ? LCI pèse le pour et le contre.

Un an après, le Roi retourne sur les terres de sa renaissance. En janvier 2017, ils étaient peu à croire à un tel retour en grâce de Roger Federer. A plus de 35 ans, le Suisse était "out" depuis six mois pour une blessure au genou et figurait à la 17e place du classement ATP avant d’aborder son retour à la compétition lors de l’Open d’Australie. Sept matches et sept victoires plus tard, "RF" remportaitpourtant son cinquième titre à Melbourne après une bataille dantesque face à Rafael Nadal et démarrait ainsi l’année sous les meilleurs auspices. En 2017, sur 12 tournois disputés, Federer en glanera pas moins de 7, dont l’Open d’Australie donc, mais aussi Wimbledon

Avec un bilan de 52 victoires et seulement 5 défaites, le natif de Bâle effectuera un retour fracassant dans le top 5 et se classera derrière son rival de toujours, Rafael Nadal, à la deuxième place de l’ATP. Pourtant, à 36 ans et fort d’un succès à l'exhibition de la Hopman Cup avec la Suisse début janvier, la légende vivante du tennis affirme qu'il ne peut plus être considéré comme favori d'un tournoi du Grand Chelem : "Avec l'âge, je me sens obligé de considérer mes chances à la baisse simplement parce que je ne pense pas qu'à 36 ans, on puisse être favori d'un tournoi." Alors qu’il entre en scène mardi à 9h , heure française, face au Slovène Aljaž Bedene, Roger Federer est-il effectivement "trop vieux" pour prétendre au sacre à la Rod Laver Arena ?

En vidéo

ARCHIVE - Vainqueur de Wimbledon en 2017, Federer avait bien arrosé sa victoire...

Rosewall et Agassi l'ont fait avant lui

Si l'état de forme de Roger Federer  en 2017 a suscité l'admiration de nombreux observateurs, il n'est pas le seul à avoir régné sur un ou plusieurs tournois du Grand Chelem à un âge "avancé". La preuve avec l'Australien Ken Rosewall qui, en plus d'être le plus jeune joueur à avoir remporté l'Open d'Australie à 18 ans et 2 mois, est également le plus vieux à avoir soulevé ce même trophée, à 37 ans et 2 mois. en 1972. Il avait également glané l'édition précédente à 36 ans en 1971, à l'instar de l'US Open quelques mois plus tôt en 1970. Mieux encore, l'Australien a obtenu son meilleur classement -deuxième mondial- à 41 ans.

Autre exemple parlant, celui d'André Agassi. Numéro un mondial le plus âgé de l'histoire en 2003 à 33 ans, le mythique joueur américain a la même année remporté l'Open d'Australie en venant à bout de l'Allemand Rainer Schüttler sur le score de 6-2, 6-2, 6-1.

La barrière invisible des 31 ans

À regarder de plus près les vainqueurs des tournois du Grand Chelem depuis le début de l'ère Open en 1968, la tendance est claire. Il a toujours été très difficile pour les stars de la petite balle jaune de triompher au-delà des 32 ans. Par exemple, Pete Sampras, rival d'André Agassi et immense champion, a remporté à cet âge son dernier tournoi du Grand Chelem en 2002 face à son compatriote, à l'US Open.

À une époque plus ancienne, excepté Björn Borg qui avait décidé de stopper très tôt à 26 ans, John McEnroe, qui a pourtant arrêté sa carrière à 33 ans, a remporté ses derniers titres du Grand Chelem à 25 ans (Wimbledon et l'US Open en 1984). Même chose pour Ivan Lendl qui a rangé sa raquette à 34 ans en 1994, après quatre ans de disette, son dernier titre majeur étant l'Open d'Australie en 1990, à 30 ans. Jimmy Connors, détenteur du plus grand nombre de titres de l'histoire du tennis, a quant à lui raccroché les raquettes très tard, en 1996, à 44 ans. Mais il avait soulevé son dernier trophée u Grand Chelem à 31 ans, l'US Open en 1983.

L'obstacle Goffin en quarts ?

Malgré la performance exceptionnelle de Roger Federer l'an dernier à Wimbledon et à l'Open d'Australie, rééditer l'exploit apparaît quelque peu compliqué pour le Suisse. Tout d'abord car le numéro un mondial Rafael Nadal, fort d'un bilan de 67 victoires et 11 défaites en 2017, pour 6 titres glanés, se présente comme favori pour décrocher le titre. 

Autre écueil : le retour progressif de Novak Djokovic après six mois d'absence. Le Serbe semble plus que jamais déterminé à retrouver son niveau d'antan. Pour ne rien arranger, Roger Federer pourrait rencontrer dès les quarts de finale le Belge David Goffin, 7e mondial et homme en feu de la fin de saison dernière, pour une rencontre très disputée.

Et aussi

Lire et commenter