Assiste-t-on vraiment au pire Roland-Garros de l’histoire ?

Assiste-t-on vraiment au pire Roland-Garros de l’histoire ?
TENNIS

TENNIS – Entre les forfaits de plusieurs favoris et le mauvais temps qui perturbe grandement le tournoi, beaucoup estiment que l’édition 2016 des Internationaux de France est d’ores et déjà une catastrophe. Pourtant, ce n’est pas tout à fait ce que pensent les anciens joueurs que metronews a interrogé lundi, alors que pour la première depuis 16 ans il n’y eu aucun match à cause de la pluie.

Un tableau aussi sombre qu'un ciel menaçant. Des matches annulés, des spectateurs remboursés, des absents de marques et un niveau de jeu globalement décevant, pour l’instant ce Roland-Garros 2016 est tout sauf une réussite. Même les dernières valeurs sûres du tableau n’impressionnent pas vraiment.

Et, au mieux, on a toutes les chances de se diriger vers la même finale que l’an dernier entre Novak Djokovic et Stanislas Wawrinka, mais sans les matches épiques précédemment joués pour se hisser jusque-là. Pire, voilà qu’il en revient désormais à Richard Gasquet, vraiment pas le plus populaire et le plus fiable des joueurs français, de sauver la patrie et le tournoi.

EN SAVOIR + >> Suivez la journée de mardi en direct, ici

Bref, c’est pas la forme à la porte d’Auteuil et certains affirment déjà que cette édition est la pire de l’histoire…"Je crois qu’on en fait beaucoup autour de ça, mais il ne faut pas exagérer non plus. J’ai déjà vécu des Wimbledon très perturbés et on a quand même réussi à aller au bout", tente tout de même de minorer Marion Bartoli, vainqueure du tournoi londonien en 2013 et croisée à l’occasion du traditionnel Trophée des légendes Perrier  qui débute mardi. Pourtant, lorsque l’on croise des membres l’organisation des Internationaux de France, on sent que la première semaine à laisser des traces.

"Les gens vont oublier la pluie et retenir le vainqueur, surtout s'il est Français..."

"Je n’ai jamais vécu un truc pareil, vivement que ça se termine", lâche même un collaborateur de la FFT, qui se débat avec son parapluie. Car ce qui s'est passé lundi a définitivement marqué les esprits, avec l’annulation pure et simple de tous les matches de la journée, notamment la fin des 8es hommes et femmes, à cause d’averses incessantes. Une "journée noire" selon Guy Forget, le patron du tournoi, que plaint d'ailleurs Henri Leconte : "Le pauvre, il doit être un peu tendu..." Pourtant, l’ancien finaliste de Roland-Garros en 1988 préfère relativiser la situation, et même y voir un signe.

"C’est vrai que c’est une édition un peu bizarre mais il ne faut pas dramatiser non plus. Pour l’instant, c'est rattrapable, estime Leconte. Et puis, au final, les gens ne vont pas retenir la pluie mais plutôt les gagnants. Il paraît que la dernière fois qu’on a annulé une journée complète, c’était en 2000 (le 30 mai, ndlr). Moi je ne m’en souviens pas du tout. Par contre, je me rappelle que cette année-là c’est Marie Pierce qui est allée au bout. Si ça finit comme ça, avec Richard, moi, ça me va..." Et à nous aussi d'ailleurs.

À LIRE AUSSI
>> Une journée annulée, c'est 2 millions d'euros de manque à gagner

À LIRE AUSSI
>>  Gasquet, Djoko, les Williams… le programme du mardi 31 mai est chargé
>> Toute l'actu de Roland-Garros

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent