"C’était un connard absolu" : son ex-fiancé, sa perte de poids, ses ambitions... Marion Bartoli se confie sur son retour

DirectLCI
ELLE DIT TOUT - Trois semaines après l'annonce de son retour à la compétition, Marion Bartoli, 33 ans, est revenue longuement ce mardi dans L'Equipe sur les raisons de son come-back. Elle y aborde notamment sa perte de poids, son quotidien compliqué avec son ex-petit ami, ainsi que ses ambitions pour le moins élevées.

Elle avait surpris son monde le 19 décembre dernier en annonçant sur Eurosport son retour à la compétition près de quatre ans après avoir quitté le circuit professionnel. Depuis, trois semaines se sont écoulées. Ce mardi, Marion Bartoli est revenue longuement, dans une interview à L’Equipe, sur sa décision et les vraies raisons de son come-back.


Dans cet entretien accordé au quotidien sportif, celle qui a remporté Wimbledon en 2013 et qui se prépare au Centre national d'entraînement pour un retour prévu le 7 mars prochain au Madison Square Guarden à New York pour un match d'exhibition,

déclare notamment vouloir se prouver qu'elle est "en vie".  A ce sujet, elle revient sur son inquiétante et spectaculaire perte de poids, due à un virus, mais pas seulement : "J’ai beaucoup maigri avant le virus en raison de mon ex qui m’a fait vivre une vie d’enfer. C’était vraiment un connard absolu. Je [l’ai] rencontré en mai 2014, et tous les jours, il me disait que j’étais grosse. Tous les jours. Il voyait une fille mince dans la rue, il me disait : "Tu as vu comme elle est mince et belle". (...) J'ai perdu beaucoup de poids, j'étais faible et j'ai chopé un truc en Inde qui m'a achevée."

De nombreux messages

 La tenniswoman explique également avoir reçu de nombreux messages de soutien après son annonce. "J’ai eu des messages de Serena (ndlr : Williams) et de Monica Seles. C’étaient des messages très positifs. Quand Serena me dit que je suis vraiment une preuve de courage, ça me fait extrêmement plaisir. Pareil pour Monica Seles, qui était mon idole absolue quand j’étais petite. Quand elle me dit : 'Tu es une championne de Wimbledon, ce que je ne suis jamais arrivée à faire', ce sont des trucs exceptionnels" se réjouit-elle. Marion Bartoli, qui indique pratiquer entre "3h30 et 4 heures de tennis par jour".


Yannick Noah, le capitaine de la Fed Cup, lui a également adressé un message : "Oui, il m’a envoyé un message très gentil. Il m’a dit qu’il suivait mon retour et qu’il avait entendu que je m’entraînais très dur et qu’il était un capitaine qui me donnerait ma chance si je la méritais. Je pense qu’il va attendre mes résultats, ce qui est parfaitement logique." 

En vidéo

REGARDEZ : l'interview de Bartoli sur TF1 après sa victoire à Wimbledon en 2013

Je ne vais pas revenir pour être 100e mondialeMarion Bartoli à L'Equipe.

Concernant ses ambitions, Marion Bartoli ne veut pas perdre de temps : "Honnêtement, je ne vais pas aller me faire 'chier' à jouer des challengers (ndlr : les tournois de deuxième catégorie). Je jouais les 50 000 dollars quand j’avais seize ans. Ce n’est pas à trente-trois ans que je vais le faire. Si je reviens, c’est pour essayer de jouer des grands matches sur des grands courts et de ressentir ces émotions-là." 


"Je ne vais pas revenir pour être 100e mondiale. J’ai fait toute ma carrière dans le top 20 et au meilleur dans le top 10. Si, en février, je joue top 100 et que je ne prends que des branlées contre des top 30, je vais vraiment me poser des questions. (...) Je ne reviens pas à 33 ans pour être entre 80 et 100, ça n’a aucun intérêt" conclut-elle. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter