Coupe Davis : pour Yannick Noah, Benoît Paire et Samir Nasri, même combat

TENNIS
TENNIS - Le cas de Benoît Paire a été évoqué ce mardi à l'occasion de l'annonce de la composition de l'équipe de France pour la demi-finale de Coupe Davis. Yannick Noah, le capitaine, a joué l'apaisement, non sans lui avoir adressé un petit tacle en comparant la situation du tennisman français à celle du footballeur Samir Nasri.

Le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis Yannick Noah a critiqué mardi l'attitude de Benoît Paire durant les JO 2016 de Rio, tout en lui laissant la porte ouverte à l'avenir.  "Je n'étais pas à Rio, je suis capitaine de l'équipe de Coupe Davis. Mais moi, j'ai toujours vu des joueurs de l'équipe de France qui étaient irréprochables par leur investissement", a expliqué Noah en marge de l'annonce de son équipe pour la demi-finale contre la Croatie (16-18 septembre) à Zadar.

Ce que j'entends, c'est quelqu'un qui serait nocif pour l'équipe de France"Yannick Noah, capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis

"Ce que j'entends, c'est quelqu'un qui serait nocif pour l'équipe de France et qui n'a jamais été en équipe de France. C'est comme (Samir) Nasri qui ne veut pas aller en équipe de France (de football), mais tu n'es pas sélectionné, mec", a-t-il noté, allusion au micmac qu'avait causé la non-sélection de l'actuel milieu du FC Séville pour la Coupe du monde 2014. "Benoît n'a jamais été en équipe de France, je souhaite qu'il comprenne que c'est une aventure fantastique", a poursuivi Noah, regrettant qu'"on ait parlé (de cette polémique) tout l'été".


Sauf qu'après ces propos peu amènes (c'est un euphémisme) sur les Jeux olympiques et sur la Fédération française de tennis, celle-ci l'a suspendu à titre provisoire. Qu'importe, Yannick Noah entend bien faire comprendre à Benoît Paire ce à côté de quoi il passe.  "On partage des choses fantastiques (en équipe de France), il est le bienvenu, je ne suis pas dans la polémique. Porter le maillot, c'est le bonheur, c'est chic quoi, c'est une belle émotion, c'est une fierté, je pourrais en parler pendant des heures. Peut-être qu'il changera d'avis", a-t-il espéré. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Lire et commenter