"Mon rêve était de jouer à Roland-Garros, pas de le gagner ou d'être en finale", raconte Wawrinka

TENNIS

TENNIS - Solide vainqueur de sa demi-finale face à Jo-Wilfried Tsonga vendredi (3-6, 7-6, 6-7, 6-4), le Suisse a l'occasion de remporter son second tournoi du Grand Chelem, après l'Open d'Australie en 2014. Dimanche en finale, Stanislas Wawrinka devra tout de même en découdre avec Novak Djokovic ou Andy Murray.

 Sa victoire
"Je me sens bien dans tous les compartiments de mon jeu, grâce à mon service aussi. C'était plus mon jeu en fond de court. Je me sens fort, je joue bien, la bataille était difficile. Jo est difficile à battre, notamment, ici, à Paris. Le match aurait pu se passer différemment avec peut-être la possibilité pour lui, dans le troisième set, de mener la danse. Mais mentalement, j'étais là, présent, même fort si j'étais nerveux dans le troisième et quatrième set. Je suis resté calme et je me suis concentré sur mon plan de jeu. Je suis très content. J'apprécie vraiment ce moment avant de passer à la finale."

"Ce qui s'est passé en Coupe Davis reste un peu au niveau du public"

 Les sifflets du public
"J'ai déjà été sifflé bien plus fort lorsque j'ai joué contre Simon (Gilles) sur le Lenglen en rentrant sur le terrain, en saluant le public après avoir gagné le match. J'ai l'impression que ce qui s'est passé en Coupe Davis l'année passée reste un peu au niveau du public.  Comme je l'ai dit, j'ai dit des choses qui sont allées trop loin mais je n'ai jamais cherché à blesser personne. Ce n’était pas de la méchanceté mais du 'chambrage', comme eux ont pu en faire. De notre côté, on n'a aucun problème avec Jo et d’ailleurs, cela se passe très bien avec lui. On s'entraîne souvent ensemble."

 La finale
"Mon rêve était de jouer à Roland Garros, pas de le gagner ou d'être en finale. Les joueurs qui l'ont fait étaient des mutants, tout simplement. Le fait d'être en finale, ici, est exceptionnel. Après avoir gagné un Grand Chelem en Australie il y a un an, me dire que j’en refais une en Grand Chelem, c'est fabuleux. Je vais essayer d'en profiter au maximum. Le tennis est un sport extrême en termes d’émotions dans les deux sens, bons et mauvais côtés. Quand cela se passe bien, on oublie que certaines périodes, cela se passe très mal. Il faut savourer ces moments, ne pas les oublier."

EN SAVOIR + 
>> 
Suivez tous les matches de vendredi sur notre live
>>  Retrouvez toute l'actualité de Roland-Garros sur notre page spéciale
  
 

Lire et commenter